Logo
Imprimer cette page

S 29 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

S 29 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

A l’image de la semaine dernière, les apports sont restés modestes avec le départ de certains bateaux pour la pêche au thon. L’églefin et le merlan ont été parmi les espèces les plus péchées. Les prix se sont maintenus en début de semaine puis ont fléchi légèrement à l’approche du week-end à l’image du commerce quelque peu en panne avec les fortes chaleurs régnant sur l’hexagone. Seuls les poissons bleus comme la sardine, le maquereau et le thon ont tiré leurs épingles du jeu, les autres espèces n’ayant pas la faveur de la clientèle en cette période. La raie, avec des débarques importantes, a vu son prix chuter fortement. Les prix des poissons nobles restent toujours dans la fourchette haute. Côté import, la tendance à la hausse des prix s’est confirmée avec les nombreuses mises en avant en dos de cabillaud et en lieu noir. Les langoustines se cachent toujours et les quantités débarquées restent minimes ce qui entraîne des prix soutenus. En crustacé, le commerce reste irrégulier en tourteau au contraire du homard qui a bénéficié de prix promotionnels en grandes surfaces.

Boulogne

Les débarques restent marquées par une baisse d’activité sur le Port de Boulogne sur Mer. Seul le début de la semaine connaît une activité commerciale relativement correcte. Avec peu de divers, les espèces mises en avant sont peu nombreuses. Les prix pratiqués progressent logiquement face à des tonnages en diminution. Les vacances scolaires compliquent le commerce, plus particulièrement à l’intérieur de la métropole. Le commerce de villégiature pâtit moins de cette situation, avec toutefois une disparité selon les zones côtières. Le maquereau, et dans une moindre mesure la sardine, sont ciblées pour satisfaire une demande sur les espèces à griller, alors que celle concernant les espèces à filet fléchit. À l’importation, la physionomie ne diffère pas trop. Les arrivages ont peu évolué par rapport à la semaine précédente, sur un marché en demi-teinte. L’activité des mareyeurs est donc essentiellement assurée par les arrivages en provenance des bateaux hauturiers. La rotation du début de semaine permet des arrivages importants de lieu noir échangé entre 1,20 € et 1,30 €/kg, ainsi que des volumes intéressants sur d’autres espèces tel le merlu ou encore le dos de cabillaud. Toutefois, le ralentissement de l’activité absorbe l’offre disponible sur les poissons les plus représentatifs avec peine.

Rungis

La deuxième semaine de congés d’été enregistre un nouveau recul de la demande. Malgré une offre très limitée la tendance reste lourde. Bien que les cours de dégagement soient très bas samedi, les resserres en fin de marché sont présentes en nombre.

Dernière modification lemardi, 23 juillet 2019 13:58

Dernier de L'Union Nationale de la Poissonnerie Française

Copyright © 2014 Union Nationale de la Poissonnerie Française. Tous droits réservés.