Menu

S 46 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

S 46 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Pour la pêche hauturière, les apports ont été plus importants que la semaine précédente mais ils restent toutefois modestes. Ils sont globalement assez réguliers sur la semaine avec cependant des volumes débarqués un peu plus importants lundi. Pour la pêche côtière, il n’y a pas beaucoup de poisson non plus. Les cours se sont tassés dans l’ensemble, au lendemain du week-end, avant de se redresser ensuite. Les prix restent donc soutenus pour les espèces « transformées » avec, notamment, le cours de la lotte, taille 2 et 3, supérieur à 6€/kg, celui de l’églefin supérieur à 2,50€/kg et celui de la raie dépassant les 2€/kg. Pour les poissons vendus entiers, la seiche et l’encornet, les cours sont moins élevés et donc plus accessibles. A l’import, en raison des mauvaises conditions météorologiques sur le nord de l’Europe, les volumes disponibles restent peu élevés, à l’exception du cabillaud en raison de volumes conséquents péchés en Norvège. La demande n’est pas très active même si elle a été un peu plus soutenue à l’approche du week-end. Elle s’est principalement concentrée sur les mises en avant et les petits prix. Pour la coquille Saint Jacques, le bon début de saison se poursuit, avec toujours des tonnages d’un bon niveau et des cours proches, en moyenne, des 2,65€/kg sur les criées de la baie de Saint Brieuc. En crustacé, les volumes disponibles étaient restreints et les cours sont restés fermes.

Boulogne

Par rapport à la semaine précédente, les apports en merlan s’améliorent. Toutefois, en raison d’une taille insuffisante pour intéresser les fileteurs, son prix se tasse aux alentours de 0,60 à 0,80 €/kg pour les petites tailles. Quant au merlan de taille supérieure, le prix est resté plus ferme faute de quantités. Face à une demande régulière, le maquereau voit son cours se raffermir en raison de faibles débarques. Le hareng fait par contre l’objet d’arrivages réguliers et d’une demande suffisante pour absorber le disponible. L’encornet et le grondin perlon ne souffrent pas de souci d’approvisionnement dans un contexte de marché à l’export bien équilibré. Les apports en coquilles Saint-Jacques sont satisfaisantes et s’écoulent régulièrement, ce qui permet de maintenir un cours moyen d’un bon niveau entre 2,70 € et 3,40 €/kg. Globalement, le commerce manque cependant d’entrain et la diversité présentée n’est pas très large. L’activité à l’import est qualifiée de moyen et sans excès, avec des cours fermes sur l’ensemble des espèces à filet. La particularité est surtout des arrivages plus importants en poissons de petite taille. Bien que les débarques soient modérées, elles restent suffisantes pour répondre à la demande. Les espèces phares sont essentiellement représentées par le merlu, le lieu noir et l’encornet. On observe également des arrivages corrects en cabillaud dont les prix fermes est le reflet d’un marché demandeur (3,40 €/kg en moyenne). Les apports en provenance d’Islande sont par contre restreints en raison des mauvaises conditions météos.

Rungis

La pleine activité de la restauration collective s’accompagne d’une absorption importante de l’offre disponible sur le marché parisien en marée courante. De ce fait, les cours sont assez fermes, notamment en cabillaud et lieu noir. A partir de jeudi, la présence des détaillants est plus importante, cependant l’offre est toujours assez large, notamment en bar sauvage empêchant une quelconque revalorisation des cours. Il faut remarquer une demande toujours très suivie en coquilles Saint-Jacques et bulots qui confère aux cours une nette fermeté.

Dernière modification lemardi, 21 novembre 2017 10:08
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43