Menu

S 33 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

S 33 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Les semaines se suivent et se ressemblent avec des débarques limitées et des prix soutenus pour l’ensemble des espèces. Le peu d’apport sous les criées, conjugué au férié du 15 août, a perturbé l’activité commerciale. Cette dernière, dynamique le lundi, a diminué d’intensité en fin de semaine. A noter, cependant, en Bretagne nord, quelques poissons tels la plie et le merlan sont restés invendus. Le manque de poissons pénalise les échanges commerciaux. De plus nous nous rapprochons de la rentrée et la transhumance en sens inverse va débuter. Le commerce n’aime pas l’incertitude. A l’import, la période, pourtant commencée par un lundi en fanfare, a été compliquée. Le dos de cabillaud a vu son prix baisser en fin de semaine. Quant au lieu noir, au loup de mer et à la sébaste, ils restent rares donc les tarifs demeurent élevés. Le prix de la petite langoustine s’est conforté encore cette semaine, pour finir aux environ de 15€/kg sous criée. En tourteau et en homard, le commerce est fluide, avec une offre et une demande régulière. Les cours demeurent stables voir légèrement haussier pour le bleu.

Boulogne

La morosité plane encore cette semaine malgré la reprise d’activité de quelques bateaux. Les débarques en poissons plats (essentiellement sole et carrelet) sont un peu plus importantes que les semaines précédentes, et se concentrent jusqu’à mercredi. Les cours se réajustent à la baisse, tout en restant encore trop élevés pour faciliter leur écoulement. Les arrivages en maquereau demeurent satisfaisants, mais sa qualité est très inégale. Son cours est donc retombé en raison d’une taille nettement insuffisante pour intéresser les fileteurs. Il y a par contre très peu de merlan dans un contexte de marché plus ferme. Son cours se raffermit pour varier de 1,80 € en petite taille (limite hors taille) à 3,5 €. La seiche et le rouget barbet viennent compléter les apports dans des proportions non négligeables. On note également des débarques intéressantes de sardines à destination de la transformation. La dynamique commerciale constatée lors du week-end du 15 août ne s’est pas poursuivie cette semaine et la reprise s’avère trop timorée. L’arrêt des bateaux dans les pays scandinaves ne permet toujours pas de diversifier les apports, et les difficultés d’approvisionnement restent d’actualité à l’importation, sauf pour le lieu noir toujours abondant. Avec une activité commerciale restreinte en zone urbaine et sur certains lieus de villégiatures, perturbés par des conditions météos défavorables, les espèces débarquées sont davantage ciblées (lotte, turbot, bar, Saint-Pierre…) pour satisfaire la clientèle située sur le bassin méditerranéen, la façade Atlantique. Le marché à l’export est facilité par des gros volumes d’encornets très prisés en Italie et en Espagne.

Rungis

La semaine est restée très calme sous la halle des produits de la mer et sur Rungis dans son ensemble. La restauration collective tourne encore au ralenti en attendant le retour des consommateurs sur la capitale. La fréquentation sur les marchés forains et dans les magasins de détail est également très réduite. Seule une clientèle de restaurateurs génère un flux de marchandises. Les apports sont limités au strict besoin de la clientèle résiduelle présente. Les cours sont stationnaires dans l’ensemble des espèces proposées.

Dernière modification lemercredi, 23 août 2017 09:05
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43