Menu

L'UNPF proteste contre l'absence de coquilles Saint-Jacques dans certaines criées

L'UNPF proteste contre l'absence de coquilles Saint-Jacques dans certaines criées

L’UNPF tire la sonnette d’alarme contre la vente directe des coquilles Saint-Jacques. Les pêcheurs doivent passer par les criées.

La situation s’avère catastrophique pour de nombreux poissonniers, particulièrement pour ceux qui fréquentent assidûment les criées. En effet, selon les régions, les coquilles Saint-Jacques sont parfois absentes des halles à marée.

Alors que la coquille est un produit déjà en crise depuis l’année dernière à cause de la présence d’une toxine qui avait interrompu la pêche, la filière doit rester en ordre de marche.

La saison n’a pas démarré pour tout le monde.

La pêche à la coquille Saint-Jacques a été ouverte début octobre. En Bretagne, en baie de Saint-Brieuc, les pêcheurs se sont rendus le 5 octobre sur les bancs du large, sur les zones crépidulées et sur le banc de Nerput pour ramasser en 5 heures leur quota de 900 kg.

Certes, les criées d’Erquy et de Saint-Quay-Portrieux ont connu quelques ventes, avec un produit qui n’a pas décollé au-dessus de 2 € le kilo. Mais ces ventes sont seulement possibles grâce à l’obligation formulée par le comité local des pêches de passer par la criée.

En l’absence d’obligation, les pêcheurs de coquilles Saint-Jacques sont bien moins nombreux. Les marins pêcheurs peuvent ainsi pratiquer leur propre prix et ne paient pas pour autant les taxes. Ainsi, à Brest, la direction de la nouvelle criée voudrait convaincre les 30 % de pêcheurs de la rade qui vendent directement de passer par la criée.

Pire, dans certaines criées, comme à Boulogne-sur-Mer, les coquilles sont certains jours totalement absentes !

La destruction de toute la filière

En vendant directement au lieu de passer par les criées, certains Marins Pêcheurs détruisent toute la filière.

Les Artisans Poissonniers ne peuvent plus s’approvisionner, ils perdent du chiffre d’affaires. Or la santé des petites entreprises est fragile. La profession connaît déjà des difficultés. Faut-il rappeler que chaque poissonnerie qui se ferme est un client en moins pour les Marins Pêcheurs ?

Une alliance avec les pêcheurs

Tout comme à Erquy et à Saint-Quay-Portrieux, les comités des pêches doivent continuer dans cette voie qui vise à rendre obligatoire le passage en criée.

Les Marins Pêcheurs pourront ainsi être au plus près des cours du marché et s’assurer des meilleurs bénéfices à court et à long terme. En effet, les criées doivent continuer à être des pôles de vente qui garantissent aux pêcheurs et aux poissonniers de vendre et d’acheter leur marchandise.

Les ventes en criées garantissent

  • l’accès aux meilleures offres pour les Marins Pêcheurs et pour les Artisans Poissonniers,
  • l’approvisionnement en produits de qualité
  • une traçabilité optimale.

La filière peut ainsi répondre aux exigences des consommateurs.

Les pêcheurs et les poissonniers sont les deux maillons d’une même chaîne. Nous défendons chacun notre savoir-faire, nous vivons des mêmes produits, nous devons travailler ensemble !

Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail