Menu
  • Concours thon rouge de ligne - pêche artisanale

S07 2016 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Le retour de conditions météorologiques plus favorables a entraîné des débarques plus conséquentes de toutes origines. Toutes les espèces ont été plus ou moins concernées en pêche hauturière. Quelques espèces tel que le merlan, se sont retrouvées au prix plancher en fin de semaine. Les cours ont journellement régressé pour s’effondrer en fin de semaine. La fin de mois et les transhumances dues aux vacances scolaires ont contribué à cette baisse des prix. Les ventes se sont durcies, par manque de fluidité en aval. Pour la semaine à venir, des promotions sont annoncées en grande distribution (lotte, dos de cabillaud ...). En pêche côtière, malgré des pêches limitées, le commerce est resté difficile. En coquille, les apports trop importants de fin de semaine ont entraîné de nombreux invendus. Concernant le tourteau, une bonne demande a entraîné des prix fermes de même pour l’araignée qui était présente en nombre. Quant au homard, c’est toujours la pénurie, avec des prix similaires à ceux des fêtes de fin d’année.

En savoir plus...

S06 2016 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine a été marquée par les mauvaises conditions météorologiques. Pour la pêche côtière, les apports ont été très limités et même absents certains jours. Concernant les hauturiers, les volumes débarqués se sont concentrés sur le début de semaine et concernent principalement la lotte, le merlu, le merlan et le lieu jaune. En raison de la faiblesse de l’offre, les cours sont restés fermes sur l’ensemble de la semaine. La demande est peu dynamique mais demeure toutefois correcte pour la période. L'import, dont les offres sont en développement, notamment en dos de cabillaud avec l’arrivée sur le marché de volumes importants d’origine norvégienne, capte des parts de marchés par l'attractivité du prix. En coquille Saint Jacques, la faiblesse des apports, en raison des mauvaises conditions climatiques, a permis aux prix d’augmenter fortement jusqu’à mercredi avant de s’effondrer jeudi et de se négocier aux alentours des 2€/kg. En tourteau et homard, la demande a été un peu plus dynamique cette semaine avec l’effet Saint Valentin. Les cours restent soutenus en raison d’une offre modeste.

En savoir plus...

S05 2016 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les apports conséquents le lundi, ont fortement décliné à l’approche du week-end. Ils sont donc en diminution par rapport à la semaine précédente. Les principaux volumes débarqués concernent essentiellement la lotte et le merlan. En ce début de mois, la demande, dynamisée par de nombreuses mises en avant, est soutenue. Avec l’augmentation des besoins et la baisse de l’offre, les cours ont progressé fortement pour atteindre des niveaux de prix élevés, dans les espèces à filet comme la julienne, l’églefin, le lieu noir et le cabillaud. Seul le merlan s’est maintenu à un prix modéré. En lotte, les cours sont fermes. Cette irrégularité de l’offre et des cours complique fortement le commerce et perturbe certaines actions de mises en avant, notamment sur la julienne. A l’import, en raison des mauvaises conditions climatiques sur le nord de l’Europe, les apports sont modérés et inférieurs à la demande, ce qui entraîne les prix à la hausse. En coquille Saint Jacques, les apports se sont concentrés sur la journée du lundi, avec un cours proche du prix plancher de 2€. Pour le reste de la semaine, les mauvaises conditions climatiques ont perturbé les pêches, ce qui a provoqué une baisse importante des volumes débarqués et une remontée sensible des cours. En crustacés, l’activité est très ralentie en tourteau et en homard, en raison d’une offre faible et de prix élevés.

En savoir plus...

S04 2016 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Le fait marquant de la semaine est la forte perturbation de l’activité commerciale à partir de mercredi, en raison du blocage des routes par les agriculteurs. Un certain nombre d’acheteurs s’est détourné de l’origine Bretagne dans leurs approvisionnements, par peur des retards importants de livraison. Toutefois, la demande en début de semaine a été correcte. Les apports, encore conséquents en début de période, ont régressé jusqu’au week-end. Les cours qui sont restés à des niveaux bas, la majorité de la semaine, se sont raffermis à partir de vendredi, notamment en lotte, merlan et églefin sur les criées du Sud Bretagne. Au Nord, plus impactés par les perturbations, les prix sont restés peu élevés et stables. A l’import, la demande en dos de cabillaud s’est développée à l’approche du week-end, les cours ont donc connu une hausse sensible. En sébaste, les apports sont trop importants par rapport à la demande, les cours sont très bas. En coquille Saint Jacques, les volumes débarqués sont en baisse par rapport à la semaine dernière, toutefois les cours se situent à un niveau proche du prix plancher sur les criées des Côtes d’Armor. En revanche, les cours restent plus soutenus dans le Finistère nord et en Ille-et-Vilaine. En araignée et en tourteau, avec des stocks en hausse et une demande faible, les prix sont en baisse. En homard, les apports demeurent encore limités, toutefois faute de besoins, les cours sont en repli.

En savoir plus...

S03 2016 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, l’amélioration des conditions climatiques a permis à de nombreux bateaux de repartir en pêche. Cela s'est traduit pas des débarques plus importantes que la semaine dernière tant en pêche hauturière qu’en pêche côtière. Les prix, qui jusqu'alors étaient à des niveaux élevés, se sont tassés en début de semaine pour chuter à la veille du week-end. De plus, la demande sur le marché intérieur reste assez calme. A l'export, la situation est identique avec une offre étoffée, mais des besoins limités. En coquille Saint Jacques, après la pause saisonnière du début d'année en baie de St Brieuc, les apports très nombreux ont entraîné une baisse importantes des cours jusqu’à 2 €/kg, et des invendus en fin de semaine. Il est à noter également que les volumes débarqués en langoustine ont été conséquents pour la saison, ce qui a fait chuter les cours. Pour les autres crustacés, l’activité commerciale est ralentie en raison d’une offre faible et de tarifs élevés en homard, et d’une demande atone en tourteau.

En savoir plus...

S02 2016 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, l’activité commerciale a été difficile. Les apports dans les différentes criées bretonnes sont encore restés limités. Les cours de la majorité des espèces de poisson se sont tassés, mais ils restent à des niveaux corrects, supérieurs à ceux de l’année dernière. La demande est faible en magasin, l’écoulement de la marchandise a été complexe. Les prix élevés en rayon et les soldes ont compliqué un peu plus l’activité commerciale. A l’import, la situation a été identique en début de semaine en raison d’une offre en poisson restreinte due à des problèmes logistiques. L’arrivée tardive de grosses quantités de marchandises en fin de semaine a pesé sur le marché et a fait s’effondrer les cours. En coquille Saint Jacques, les apports demeurent minimes et les cours se maintiennent à des niveaux élevés, seuls les gisements Ouest Cotentin et St Malo étant ouverts à la pêche cette semaine. En crustacés, l’activité commerciale a été très modeste, avec une offre restreinte en tourteau, voire quasi inexistante en homard, et une demande peu présente.

En savoir plus...

S48 2015 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Comme depuis plusieurs semaines, c’est la pénurie de poissons sur les criées bretonnes, en raison des mauvaises conditions climatiques et de bateaux à l’arrêt, qui est le fait majeur de la semaine. L’activité commerciale est donc très compliquée et l’ensemble des espèces a été négocié sur des bases de cours très élevés : plus de 4€ pour le sabre et la lingue bleue ou franche, plus de 7€ pour la lotte, plus de 2,50€ pour le lieu noir De plus, les disponibilités à l’import sont également restreintes et les prix soutenus. Si l’offre est rare, la demande est aussi très peu présente en raison de la fin de mois et des évènements qui ont secoué le pays. En coquille Saint Jacques, dans la baie de St Brieuc, les rendements sont supérieurs à l’année dernière et les volumes débarqués ont donc été importants. Toutefois, les cours se sont maintenus à un niveau correct en raison d’une de- mande qui se développe en prévision des fêtes. En crustacés, les besoins sont modérés, mais l’offre étant restreinte, les cours restent fermes.

En savoir plus...

S47 2015 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Dans la lignée des semaines précédentes, les volumes débarqués sont restés faibles sur toutes les criées de la région. Les cours se maintiennent à des niveaux très élevés dans l’ensemble des espèces, qu’elles soient issues de la pêche côtière comme de la pêche hauturière. Dans cette deuxième quinzaine du mois de novembre, la demande, déjà habi- tuellement modeste à cette période, l’est encore plus cette semaine en raison des évènements du week-end dernier. Les prix élevés en rayon et la baisse de fréquentation des magasins ont compliqué un peu plus l’activité commerciale. A l’import, la situation est identique, l’offre en poisson est limitée, ce qui maintient les prix à des niveaux élevés malgré des besoins restreints. En coquille Saint Jacques, le gisement de la baie de St Brieuc a été ouvert à la pêche cette semaine. Les volumes dé- barqués ont été d’un bon niveau, nettement supérieurs à ceux de l’année dernière. En raison d’une demande substan- tielle, les prix sont soutenus. En crustacés, les stocks de tourteau et de homard sont peu importants. Même si les besoins sont assez faibles, les cours sont fermes.

En savoir plus...

S40 2015 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine a connu un marché assez morose. Les volumes débarqués demeurent assez réduits, les espèces proposées sont peu diversifiées et les produits manquent de qualité. En raison des inventaires et de la fin de mois, la demande est restée atone en début de semaine, pour se réveiller à l’approche du week-end. Toutefois, elle s’est principalement concentrée sur les espèces mises en avant et sur les petits prix. Malgré cela, en raison d’une offre réduite, les cours se maintiennent toujours à des niveaux de prix assez élevés dans l’ensemble, même si tout au long de la semaine, les cours se sont tassés. En églefin et en raie notamment, l’écoulement est resté plus laborieux et un certain nombre de lots a connu des problèmes de commercialisation. Il est à noter également, que les apports en thon germon et en grosses sardines ont été plus conséquents. A l’import, des quantités importantes de julienne étaient présentes sur le marché. En dos de cabillaud, la demande a été prudente jusqu’à mercredi, avant de se développer à l’approche du week-end, dynamisée par de nombreuses promotions. En tourteau, l’offre se réduit en raison des grandes marées. Le commerce, tiré par les mises en avant, reste régulier.

En savoir plus...

S37 2015 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Les volumes débarqués en pêche hauturière se sont encore réduit par rapport à ceux des semaines précédentes qui étaient déjà relativement faibles. Ils demeurent également irréguliers et peu diversifiés. Dans les espèces telles que la lingue, l’églefin, le merlan, les cours ont fluctué au gré des apports, tout en restant à des niveaux assez élevés. Dans d’autres espèces comme la lotte, en raison d’apports en baisse et d’une demande soutenue par les mises en avant, les prix ont progressé toute la semaine pour atteindre des sommets proches des 8€/kg le vendredi au Guilvinec. Seule la raie a vu ses cours fortement baisser en milieu de semaine avant de se raffermir à l’approche du week-end. Pour les mareyeurs, la semaine a été compliquée en raison du manque de poisson, des cours élevés et d’une demande moyenne basée principalement sur les petits prix. A l’import, les apports de dos de cabillaud d’origine Islande se développent. La demande a été dynamique en début de semaine avant de se contracter à l’approche du week-end. La saison de la langoustine se termine, les quantités débarquées se réduisent sensiblement et les cours atteignent des niveaux élevés. En tourteau comme en homard, les nombreuses mises en avant ont dynamisé la demande, ce qui a permis aux cours de se raffermir.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail