Menu
  • Concours thon rouge de ligne - pêche artisanale

S30 2015 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, l’activité des opérateurs bretons a été compliquée. Les problèmes logistiques et les destructions importantes de marchandises causés par les manifestations d’éleveurs, se sont conjugués avec des apports limités sur les criées. Cette baisse de volume est due à l’arrêt de nombreux bateaux et à la réorientation d’autres pour la campagne de thon germon qui démarre très lentement avec des pêches très faibles. Pour une grande majorité des espèces, les prix sont en hausse et se situent à des niveaux élevés voire très élevés pour les poissons de la pêche côtière comme le bar, la sole et le turbo. A l’import, la situation est identique avec une offre restreinte et des prix élevés. La demande a été perturbée, elle aussi, par les évènements et elle a été freinée également par les prix élevés. En langoustine, les volumes débarqués ont nettement diminué, ce qui a provoqué une remontée des cours à un niveau correct. En crustacés, la demande se développe et elle est en équilibre avec l’offre, ce qui permet un commerce régulier et des prix fermes. En homard, malgré des prix élevés en raison de volumes disponibles restreints, les besoins restent soutenus.

En savoir plus...

S24 2015 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Dans la lignée de la semaine précédente, l’activité commerciale reste morose. La demande est atone, et même les mises en avant n’engendrent pas la commercialisation des volumes escomptés. Les quantités débarquées sont en diminution. Les cours de la majorité des espèces sont en hausse et se situent à des niveaux élevés notamment pour la lotte, la lingue, le merlan et les poissons plats. En revanche, le cours du Saint Pierre reste peu soutenu en raison d’apports plus conséquents. A l’import, avec une demande en dos de cabillaud en recul, les prix se sont repliés tout au long de la semaine. En lieu noir, les cours sont en hausse en raison de mises en avant dans plusieurs enseignes et d’une offre en retrait. En crustacés, la tendance est identique avec des apports peu élevés et une demande faible. En langoustine, en raison des conditions météorologiques défavorables, les apports ont diminué. Comme la demande n’a pas faibli, l’écoulement a été régulier, les cours ont donc été plus soutenus.

En savoir plus...

S23 2015 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les volumes débarqués ont amorcé leur baisse saisonnière et ils ont été irréguliers. Les principales quantités concernent en premier lieu la lotte et les espèces à filet, comme le lieu noir et le merlu. Dans la majorité des espèces, les prix sont plus fermes et se situent à des niveaux assez élevés. Avec des conditions climatiques estivales, l’activité commerciale est contrastée. Pour les poissons bleus et les espèces à griller, la demande se développe. Au contraire, pour les autres espèces, le commerce est difficile car les consommateurs ne sont pas à l’achat de ces produits. A l’import, les besoins en dos de cabillaud se tassent en raison d’une demande en retrait et de prix élevés. L’offre en loup de l’Atlantique reste importante avec des niveaux de prix bas. En langoustine, les volumes débarqués sont toujours très élevés. La demande ne faiblit pas et reste dynamique. Les prix sont bas et ils permettent aux points de vente d’utiliser la langoustine comme produit d’appel, ce qui permet un écoulement régulier. Sur les criées, les quantités invendues demeurent relativement faibles et se concentrent principalement en milieu de semaine. En crustacés, l’offre en tourteau se développe mais la demande reste moyenne. En homard, l’offre s’étoffe également, les cours sont en baisse.

En savoir plus...

S12 2014 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Les apports des hauturiers restent conséquents cette semaine, mais ils n’ont pas été réguliers et ils se sont concentrés principalement sur le début. L’offre en merlu et en lotte est toujours soutenue, mais une demande régulière, sur le marché intérieur comme à l’export, permet aux cours de rester fermes voire de progresser en lotte. En cardines, en raison de volumes débarqués plus importants, des problèmes de commercialisation ont été constatés sur certaines criées. Pour les autres espèces, les prix se sont raffermis tout au long de la semaine. Les apports de la pêche côtière, en raison des grandes marées, ont été faibles et des espèces comme la sole, le bar de ligne et le turbo ont vu leurs prix augmenter fortement. La demande est restée correcte pour une troisième semaine du mois, et elle est toujours principalement axée sur les petits prix. A l’import, les besoins en dos de cabillaud étaient moins importants. Avec une offre large, les prix se sont orientés à la baisse. En coquille Saint Jacques, les volumes débarqués ont été restreints. Avec une demande un peu plus intéressée à l’approche de Pâques, les cours ont augmenté. En langoustine, les apports tendent à progresser, avec une valorisation correcte.

En savoir plus...

S11 2014 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Les apports, cette semaine, se concentrent principalement sur trois espèces : le merlu, le merlan et la lotte. Le volume débarqué hebdomadaire en merlu est le plus important de la campagne. Toutefois, les prix se maintiennent à un niveau correct pour la saison, en raison d’une demande dynamique, notamment pour les contrats de transformation et de congélation. En merlan, les apports ont été très importants et les prix ont baissé. Cette baisse a été plus accentuée sur les petites tailles qui ont eu des problèmes de commercialisation sur certaines criées. En revanche, en lotte, même si les apports sont conséquents, le commerce est fluide et les prix soutenus. Dans les autres espèces, les apports sont moindres et les cours demeurent à des niveaux corrects voire élevés, notamment pour la raie, le lieu noir et le cabillaud. La demande est assez moyenne cette semaine, orientée principalement sur des promotions et des petits prix. La concurrence du dos de cabillaud sur les étals est toujours bien présente, avec des volumes disponibles importants et des prix en forte baisse. En coquille Saint Jacques, les apports ont été conséquents mais les besoins restent limités, les prix se maintiennent donc à un niveau proche du prix plancher. En crustacés, l’offre en homard et tourteau est très faible et les prix sont très élevés. En araignée, l’offre est plus importante, le commerce est régulier.

En savoir plus...

S10 2014 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les apports sont en diminution, dans l’ensemble. Ils n’ont pas été réguliers et se sont concentrés sur la fin de la semaine. De plus, ils sont répartis sur peu d’espèces. Les principaux volumes débarqués concernent essentiellement le merlu et le merlan. Malgré cette offre conséquente, ils voient leurs cours se maintenir à un niveau relativement correct, en raison, d’une part, du manque de volume dans les autres espèces, et d’autre part, d’une demande soutenue notamment par les Espagnols pour le merlu. En ce début de mois, la demande est dynamique mais elle se concentre principalement sur le dos de cabillaud qui est mis en avant dans de nombreuses enseignes de GMS. Ce produit concurrence fortement les autres espèces qui ont du mal à trouver leur place dans les rayons marée. A l’import, il est à noter également que les volumes proposés de loup de mer sont en augmentation, avec des prix en baisse, et que le lieu noir reste recherché, avec des cours soutenus. En coquille Saint Jacques, les apports demeurent restreints mais les besoins sont limités. Les cours sont en baisse et se situent à un niveau proche du prix plancher. En crustacés, l’activité est très ralentie en tourteaux et en homards, en raison d’une offre faible et de prix élevés.

En savoir plus...

S06 2014 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Les apports, cette semaine, sont en diminution par rapport à la semaine dernière. Les principaux volumes débarqués concernent essentiellement le merlu, le sabre et la lotte sur les criées du Sud Bretagne. Sur celles du Nord, c’est le merlan et le lieu jaune qui sont présents en nombre. En ce début de mois, la demande est plus dynamique mais sans excès. Avec l’augmentation des besoins et la baisse de l’offre, les cours ont progressé en lotte et en merlan. En revanche, les prix du merlu, du lieu jaune et du sabre sont en recul, mais sans problème de commercialisation. La julienne, l’églefin, le lieu noir et le cabillaud sont à des niveaux de prix élevés en raison d’un disponible réduit. A l’import, l’offre en dos de cabillaud est restreinte en raison de la faible présence de l’origine norvégienne. Les cours sont élevés et se situent entre 2€ et 4 € au dessus de ceux de l’année dernière, à la même époque. Ce manque de poisson sur les criées bretonnes, comme à l’import, devrait s’amplifier la semaine prochaine. En coquille Saint Jacques, les apports sont en baisse en raison des mauvaises conditions climatiques du milieu de semaine. Toutefois, avec une demande modeste, les cours ont poursuivis leur baisse et ils se situent à un niveau proche du prix plancher. En crustacés, l’activité est très ralentie en tourteaux et en homards, en raison d’une offre faible et de prix élevés. Elle pourrait un peu se réveiller la semaine prochaine à l’approche de la Saint Valentin.

En savoir plus...

S 51 2014 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Les volumes débarqués en poissons, cette semaine, restent à des niveaux comparables aux semaines précédentes, c'est-à-dire assez faibles. La demande a été relativement calme, tout au long de la semaine, pour se réveiller à l’approche du week–end et de Noël principalement sur les espèces festives comme les poissons plats et la lotte. Même si on a pu constater un fléchissement des prix en milieu de semaine, les cours de la majorité des espèces de poissons demeurent élevés. Ils se situent à un niveau supérieur par rapport à ceux de la même semaine de l’année 2013. A l’import, en raison des mauvaises conditions climatiques dans le Nord de l’Europe, les apports sont restreints, les prix sont restés fermes. En coquille Saint Jacques, les volumes débarqués ont été plus importants. Même si la demande est toujours soutenue à l’approche des fêtes, les prix se sont tassés. En crustacés, avec une offre restreinte et des besoins en hausse, les cours progressent pour atteindre un très bon niveau.

En savoir plus...

S 50 2014 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Avec la dégradation des conditions météorologiques, les volumes débarqués qui étaient déjà modestes la semaine dernière, se réduisent encore. La demande devient plus active. Ces facteurs entraînent des surenchères de cours sur l’ensemble des espèces festives et plus particulièrement sur la lotte. Même les poissons plus communs, habituellement délaissés à cette période, voient leurs prix progresser et atteindre des niveaux élevés. A l’import, les conditions sont identiques, avec un manque de marchandises et une demande assez soutenue. Les prix en dos de cabillaud sont à des niveaux élevés avec une tendance à la hausse. En coquille Saint Jacques, les apports ont également été plus limités en raison des mauvaises conditions météorologiques. Les cours poursuivent leur hausse et sont à des niveaux supérieurs par rapport aux années précédentes. En crustacés, la demande pour les fêtes n’est pas encore très présente, mais le faible disponible maintient une pression forte sur les cours.

En savoir plus...

S 47 2014 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Dans la lignée des semaines précédentes, les volumes débarqués sont assez faibles dans l’ensemble. Les cours se maintiennent à des niveaux corrects, notamment en julienne, lingue bleue, églefin et merlu. En lotte, les prix restent corrects mais ils se sont tassés en fin de semaine. Le commerce et la valorisation demeurent difficiles en congre, comme les semaines précédentes. Dans cette deuxième quinzaine du mois de novembre, comme habituellement à cette période, la demande est modeste. A l’import, les volumes de lieu noir demeurent peu importants ce qui maintient les prix à des niveaux élevés. En dos de cabillaud, avec des apports sur le marché plus conséquents en milieu de semaine, les cours sont en recul. En coquille Saint Jacques, les gisements de la baie de St Brieuc et de la baie de Quiberon ont été ouverts cette semaine. Les apports ont été faibles mais les prix soutenus. En crustacés, les volumes débarqués et en stock de tourteaux et d’araignées sont importants. Les besoins sont faibles et les prix sont bas.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail