Menu
  • Couverture OPEF

S 02 2020 Note de conjoncture des produits de la mer

S 02 2020 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

En cette première semaine complète de l’année, les volumes débarqués progressent, mais ils restent toutefois encore modérés, notamment pour la pêche hauturière. Cependant, ils ont été assez bien répartis sur la période. Les cours de la majorité des espèces se sont tassés, mais ils restent à des niveaux assez élevés dans l’ensemble. Pour la lotte, les cours se sont également repliés aux alentours des 5,50€/kg, en début de semaine, avant de terminer aux environs des 6€/kg à la veille du week-end. A noter, que le marché du bar est difficile, avec des prix bas et des difficultés à écouler l’ensemble des débarques, en raison de la non commercialisation de ce produit dans la majorité des enseignes de la grande distribution jusqu’au mois d’avril. A l’import, les pêches dans le nord de l’Europe et la logistique ont été perturbées par de mauvaises conditions météorologiques, les volumes disponibles sont restés peu importants et à des tarifs soutenus pour la majorité des espèces. Avec la fin des vacances scolaires, et en raison des faibles volumes disponibles la semaine précédente, la demande a été d’un bon niveau la première partie de la semaine, puis elle s’est ensuite légèrement réduite, avec le démarrage des soldes mercredi, tout en restant régulière à l’approche du week-end. En coquille Saint Jacques, peu de gisements étaient ouverts à la pêche cette semaine. Les volumes débarqués ont donc été minimes, mais en raison d’une demande très faible, les cours se situent à des niveaux très bas et de nombreux lots ont difficilement trouvé preneurs sur l’ensemble des gisements bretons pour le tourteau et le homard, l’offre est très réduite, les cours restent donc fermes.

Boulogne sur Mer

L’activité de la pêche reprend progressivement. Toutefois, les conditions météos de cette semaine sont peu engageantes et ne permettent pas aux mareyeurs de travailler sereinement. Les ateliers de filetage s’efforcent de trouver la matière 1ère face à une pêche restreinte. Seul l’encornet a fait l’objet de débarques régulières pour alimenter le commerce export vers l’Espagne et l’Italie. Son prix se stabilise entre 6,40 € et 6,70 €/kg. Le divers se répartie principalement entre le maquereau, le hareng et le merlan, mais les quantités débarquées sont nettement insuffisante pour répondre à la demande des rayons poissonnerie qui s’activent à s’approvisionner sur les références existantes. Le marché est donc très ferme et les prix sur toute la gamme progressent logiquement. La coquille fait figure d’exception devant des arrivages réguliers. Son prix tombe à 2,50 €/kg en moyenne face une demande intéressée. La situation à l’importation ne diffère pas. Les ateliers de filetage travaillent sur les pêches réalisées après les fêtes et voient leur activité ralentir faute d’arrivages suffisants en provenance d’Islande, de Norvège et d’Ecosse. Des conditions météorologiques là aussi défavorables rendent la pêche quasi inexistante sur l’ensemble du Nord de l’Europe. Les espèces disponibles en quantité limitée sont très recherchées pour alimenter commerce en détail et voient leur prix en nette progression, rendant la consommation timorée face à leur hausse.

Rungis

La semaine reste très atone. La fréquentation de la halle est quasiment nulle. L’ensemble des produits se négocient à la baisse malgré une offre très réduite. Seule exception à cette tendance générale, les cours du cabillaud sont nettement orientés à la hausse, conséquence d’une pêche réduite par les intempéries en mer du Nord et l’annonce d’une baisse des quotas.

Dernière modification lemercredi, 15 janvier 2020 08:18
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail