Logo
Imprimer cette page

S 49 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

S 49 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Comme les semaines précédentes, les apports demeurent restreints mais diversifiés. En prévision des mouvements sociaux de la fin de semaine, ils se sont concentrés de lundi à mercredi. Pour les espèces à filet, les cours ont démarré la semaine à un niveau moyen, avant de se raffermir ensuite par manque de marchandise. Pour la lotte, la situation a été identique, les prix de la taille 3 et 4 ont démarré la période aux alentours des 5,50€/kg, avant de se raffermir ensuite et de dépasser les 6€/kg à la veille du week-end. Pour la raie, en revanche, la situation a été un peu plus compliquée, avec quelques problèmes de commercialisation en début de semaine et des cours qui ont flirté avec les prix planchers sur toute la période. Comme les semaines précédentes, le congre a connu également des problèmes de commercialisation. Il est à noter également qu’en raison d’un jour férié en Espagne, le commerce de la cardine a été perturbé et que les tarifs se sont repliés sensiblement. A l’import, en raison des prévisions des mouvements sociaux de fin de semaine, les opérateurs ont été très prudents et les volumes disponibles n’ont pas été suffisants pour répondre à la demande, notamment en dos de cabillaud. Pour les mêmes raisons, l’activité commerciale s’est concentrée sur les trois premiers jours de la semaine afin que la marchandise arrive à destination avant le début des grèves. Elle a été toutefois d’un niveau correct même si elle a été très faible à la veille du week-end et notamment à destination de la région parisienne. En coquille Saint Jacques, trois pêches ont eu lieu en baie de St Brieuc dont une de rattrapage, mardi. Les volumes débarqués ont donc été importants et les cours ont atteint les 2,35€/kg lundi, puis ils sont revenus proches du prix plancher mardi, avec de nombreux invendus, avant de remonter à 1,29€/kg mercredi grâce à un prélèvement important pour la transformation en crustacés, les besoins sont modérés, mais l’offre étant restreinte, les cours restent fermes et élevés.

Boulogne sur Mer

Les gisements côtiers assurent, jusqu’à mercredi, des arrivages réguliers mais nuancées de merlan et de maquereau. Les fileteurs se voient proposer des tonnages qualifiés de corrects pour assoir leur activité, afin de satisfaire la demande auprès des enseignes de la GMS sur les espèces à filet, provenant des pêches locales et hauturières. Par anticipation aux éventuels problèmes logistiques qui peuvent découler des mouvements sociaux de cette semaine, la grande distribution accélère les approvisionnements, afin de prévenir toute rupture d’approvisionnement en rayon. La journée du 5 décembre ne voit aucun bateau à la vente. Elle est suivie par un retour des chaluts en fin de semaine, qui intensifie les débarques d’encornet, représentant l’espèce prédominante de cette semaine. Contre toute attente, et malgré les fêtes locales prévues en Italie et en Espagne durant le week-end du 8 décembre, la demande reste active. L’offre disponible s’écoule donc convenablement et les expéditions paraissent peu perturbées. Ce contexte permet au prix de l’encornet de progresser entre 5,50 € et 6,60 €/kg. Sans offre concurrente provenant des pêches nordiques, le maquereau intéresse avec un prix moins discuté, qui se maintient à un niveau plus ferme. Des arrivages de roussette et de rouget-barbet élargissent un divers complété par les débarques habituelles de lieu noir issu de la pêche hauturière. Le prix de la coquille se tasse entre 2,75 € et 3,10 €/kg avec des quantités plus importantes à la criée, notamment en milieu de semaine, pour rebondir à plus de 3,30 € la veille du week-end. L’activité à l’importation pâtit d’un manque de poissons et ne peut mettre en avant que le gros merlan en provenance d’Angleterre et d’Ecosse ainsi que du sébaste islandais. Le commerce est qualifié de prudent avec l’incertitude qui pèse sur la fréquentation en magasin.

Rungis

Le bilan de la semaine reste assez positif. Les prémices des fêtes de fin d’année se font d’ores et déjà sentir. Si les espèces de la marée courante telle que le cabillaud, le lieu où le merlu voient leurs cours décliner, les espèces de la marée fine, les coquillages et les crustacés profitent d’un regain d’intérêt des consommateurs. Les cours du saumon, de la langoustine et de la coquille Saint-Jacques restent très fermes sur la période.

Dernière modification lejeudi, 12 décembre 2019 14:05

Dernier de L'Union Nationale de la Poissonnerie Française

Copyright © 2014 Union Nationale de la Poissonnerie Française. Tous droits réservés.