Menu
  • Couverture OPEF

S 28 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

S 28 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les volumes débarqués sont faibles dans l’ensemble. Avec les premiers départs en vacances, la demande se développe sur la frange littorale mais se restreint dans les grandes métropoles. Elle s’oriente principalement sur les espèces à griller comme la sardine, le maquereau, les poissons plats, et délaisse les filets. Pour la lotte, les volumes débarqués sont en baisse, en raison du départ d’une partie des bateaux pour le début de la campagne du thon germon. Toutefois, les prix ont peu progressé et se maintiennent à des niveaux de prix inférieur à 5€/kg pour les tailles 3 et 4. Pour les espèces à filet, les faibles apports ont permis aux cours de se maintenir à un niveau correct. Pour la raie et les requins, les cours ont progressé en début de semaine, puis en raison d’une demande peu intéressée, les cours sont redevenus à des niveaux proches des prix planchers. A l’import, les volumes de dos de cabillaud comme des autres espèces sont limités, ce qui permet aux prix de se raffermir. Pour la langoustine, les volumes débarqués se réduisent ce qui permet aux cours de progresser et de se maintenir à un bon niveau de 10 à 14€/kg pour la petite taille. Pour le tourteau, le commerce est régulier sans trop d’allant et seules quelques mises en avant permettent de stimuler la demande. Pour le homard, le commerce est également peu tonique et les cours se replient.

Boulogne

L’arrêt progressif des bateaux contracte l’activité sur Boulogne/Mer, avec des apports quotidiens peu diversifiés, et des débarques en retrait. Les espèces à mettre en avant sont représentées essentiellement par le merlan, le maquereau, et la sardine. Les faibles tonnages de merlan orientent le prix à la hausse entre 1,50 € et 1,80 € kg pour les petites tailles, alors que les plus grosses tailles atteignent parfois plus de 3,00 €/kg en milieu de semaine, faute de quantité. Le maquereau suit la même tendance. Ce divers est complété par du barbet friture, et quelques arrivages de roussette et de chinchard. L’activité à l’importation est également concernée par un marché estival et des bateaux en arrêt, avec donc peu d’arrivages en provenance de la Norvège et du Danemark. Seuls des apports de sébaste et de loup islandais plus importants alimentent les rayons. L’activité des mareyeurs est toutefois assurée par la pêche hauturière qui assure, avec 2 rotations, une pêche plus importante et plus diversifiée, avec du lieu noir, du merlu, du cabillaud, de la lotte, complétée par de la julienne et du flétan. Globalement les prix restent fermes sur un marché peu extensif en ce début des vacances scolaires, et le commerce de villégiature ne semble pas plus actif à ce jour sur le littoral des hauts de France.

Rungis

Les congés scolaires d’été impactent directement l’activité du marché des produits de la mer. L’absorption sur le littoral s’est soudainement accélérée limitant l’offre sur les marchés intérieurs dans les espèces les plus recherchées (cabillaud, sardine, sole). Pour l’ensemble des espèces la tendance de la semaine reste très lourde. Malgré une offre assez modeste les cours sont difficilement soutenus.

Dernière modification lemercredi, 17 juillet 2019 07:51
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail