Menu
  • Couverture OPEF

S 26 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

S 26 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Les températures caniculaires qui se sont répandues sur la quasi-totalité de la France cette semaine, ont fortement perturbé l’activité commerciale. En effet, le consommateur s’est moins déplacé dans les magasins et était très peu demandeur des produits du rayon marée et notamment des filets. Même les poissons bleus sardines et maquereaux ont connus un manque d’attrait. De ce fait, les cours de la majorité des espèces sont en recul. Les volumes débarqués sont peu importants ce qui a permis de limiter cette baisse de tarifs pour certaines espèces, alors que pour d’autres elles ont été fortes et ont posé des problèmes de commercialisation. C’est le cas particulièrement de la raie, et plus particulièrement des grosses tailles, qui a vu son cours atteindre des niveaux proches des prix planchers et a connu de nombreux lots invendus. La commercialisation du merlu, et notamment des petites tailles (T3 et T4), a connu également des difficultés. Pour la langoustine, les apports ont été réguliers sur les criées du Pays Bigouden tout comme les prix qui se sont situés entre 8 et 10€/kg sur la semaine. A l’inverse à Lorient, les volumes débarqués ont été très irréguliers tout comme les cours qui sont allés de 7,20€/kg le mercredi à 11€/kg le jeudi. En crustacé, le commerce en homard est d’un bon niveau avec une demande suivie, les prix sont fermes. Pour le tourteau, les pêches sont correctes et la marchandise s’écoule de manière assez régulière, freinée toutefois par les conditions caniculaires.

Boulogne

Les mareyeurs de Boulogne-sur-Mer sont plutôt déçus par cette semaine qualifiée de maussade, avec des conditions météorologiques caniculaires qui couvrent la région et l’ensemble du territoire métropolitain. Par ces températures avoisinant ou dépassant les 30°C et, à la veille des premiers départs en vacances, le consommateur n’est pas attiré par le poisson. L’ensemble des acheteurs, qu’ils soient grossistes, enseignes de la grande distribution ou petits détaillants restent des plus discrets. En résumé, la demande est faible face à une offre mesurée qui a de plus pour effet de tendre les prix à l’achat. De surcroît, cette semaine marque le début des soldes d’été, ce qui ajoute une concurrence de taille au marché et le chaland trouve préférentiellement refuge dans l’espace climatisé des centres commerciaux. Dans le détail, le port a noté essentiellement des apports issus de la pêche côtière, avec des débarques régulières mais en quantité très moyenne. Le merlan, qui pointe le bout de son nez et dans des tailles pour la plupart modestes, ne trouve que difficilement preneur à 0,60€/kg. La seiche quant à elle s’apprécie entre 5,50 et 6,00 €/kg. Le rouget barbet en petites portions trouve également un débouché en friture. Des apports plus conséquents de vive ont pesé sur son cours qui s’est rapidement effondré de 7,00 à 1,00€/kg. A l’export le constat est similaire pour ces mêmes espèces dans une semaine très calme durant laquelle plusieurs bateaux sont restés au port. A signaler quelques lots de sardines qui se sont bien écoulés, à la différence du maquereau, qui n’a pas trouvé preneur, en raison d’un cours maintenu ferme..

Rungis

Les températures caniculaires cette semaine ont fortement perturbé les ventes de poissons frais sous la halle parisienne. Le ralentissement de la restauration collective est déjà perceptible. Les échanges sont limités pour toutes les espèces.

Dernière modification lejeudi, 04 juillet 2019 15:54
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail