Menu
  • Couverture OPEF

S 23 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

S 23 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les volumes débarqués poursuivent leur baisse saisonnière et ils ont été irréguliers : importants lundi et mercredi, faibles le reste de la semaine. Les principales quantités concernent, en premier lieu, la lotte, le merlu, l’églefin et la lingue bleue. Pour les espèces à filet, les cours sont restés stables et d’un niveau correct pour l’églefin et le merlu. Pour la lingue, ils ont en revanche fortement baissé en milieu de semaine, avant de se raffermir à la veille du week-end. Pour la lotte, les prix ont chuté dès le début de semaine, pour atteindre le niveau des prix planchers le mercredi. Ils se sont redressés ensuite vendredi en raison des faibles apports. Pour la raie, la situation n’a pas évolué par rapport à la semaine précédente, les cours sont restés au plus bas et l’ensemble des volumes n’a pu être commercialisé. La demande est restée calme tout au long de la période et elle s’est concentrée principalement sur les mises en avant, délaissant le fond de rayon. Pour la langoustine, les volumes débarqués sont en retrait par rapport à la semaine précédente. Les cours ont varié selon les volumes débarqués et les criées. A l’approche du week-end, ils se sont raffermis et ont dépassé les 10€/kg pour la petite taille. En crustacés, les stocks en tourteau se développent, ce qui entraine un repli sensible des cours et un regain d’intérêt de la demande qui est, de plus, dynamisée par des opérations de mises en avant chez certaines enseignes de la grande distribution. En homard, au vu des prix peu élevés sur ce produit, la demande est également bien présente. En araignée, les apports importants persistent, ce qui engendre toujours des problèmes de commercialisation.

Boulogne

Cette semaine, les arrivages proviennent essentiellement des bateaux du Nord, revenant des côtes écossaises, avec pour principales espèces, du maquereau, de la sardine et du merlan. Pour éviter les ruptures d’approvisionnement, les commandes s’activent pour réassort en rayon poissonnerie. Le weekend de la Pentecôte accélère donc la demande en GMS. La pêche côtière semble pâtir d’une eau moins poissonneuse, mais elle a su enrichir le divers avec également des apports suffisants de merlan pour alimenter le marché, ainsi que de barbet-friture dont les tonnages se sont intensifiés à l’approche du week-end. Son prix varie de 4,50 €/kg pour le petit barbet, pour atteindre parfois 14 €/kg pour les grosses tailles beaucoup moins représentatives. Les espèces à griller sont donc à mettre en avant en cette saison. La pêche hauturière complète les arrivages avec des quantités satisfaisantes de lieu noir et de sébaste entier, complétée par du merlu, du cabillaud et de la julienne dans de moindres volumes. Le commerce est globalement bien orienté sur les poissons disponibles cités, permettant une certaine stabilité des prix au cours de la semaine. La recherche des espèces à griller rend les arrivages sur d’autres espèces plus nuancés.

Rungis

L’activité en début de semaine 23 est assez satisfaisante. Des volumes de ventes importants sont générés par la restauration hors foyer qui absorbe une large part du disponible en produits de consommation standard tels que le saumon frais, les filets frais, et les poissons blancs entiers. La marée fine et les espèces nobles se commercialisent plus lentement. En fin de semaine, les ventes vers le détail traditionnel sont pénalisées par le congé du lundi de Pentecôte qui éloigne de la capitale une grande part des consommateurs.

Dernière modification lejeudi, 13 juin 2019 06:19
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail