Menu
  • Couverture OPEF

S 19 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

S 19 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Durant cette troisième semaine consécutive, amputée d’un jour férié, les volumes débarqués par les hauturiers ne sont pas très importants, mais les espèces présentes sont toutefois bien diversifiées. Pour la pêche côtière, les conditions météorologiques ont fortement limité les débarques, notamment en milieu et en fin de semaine. Cette situation a permis une certaine fermeté des cours pour la majorité des espèces et une bonne fluidité en général. Pour la lotte, les cours qui étaient repassés au-dessus des 5€/kg le vendredi précédent, se sont maintenus à ce niveau et sont restés relativement stables, tout au long de la semaine. Seule la raie a connu des prix très bas, proches des prix planchers et des problèmes de commercialisation pour de nombreux lots, comme la semaine précédente. A l’import, peu de volumes étaient disponibles sur le marché, car les opérateurs n’ont pas pris de risques en raison du salon Seafood, et la grande majorité des volumes échangés cette semaine était déjà pré-vendue. Au lendemain du weekend et à la veille du férié du 8 mai, la demande a été d’un bon niveau et la diversité des produits présents a permis de bien répondre à cette dernière. En fin de semaine, elle a été plus modérée, tout en restant d’un niveau correct. En langoustine, les conditions météorologiques ont limité les pêches, ce qui a entraîné des niveaux de prix élevés. En crustacé, les volumes disponibles deviennent plus importants, ce qui fait pression sur les prix. En homard, les prix ont été divisés par deux en quelques semaines alors que pour le tourteau, les tarifs se replient lentement et se situent toujours à des niveaux élevés. Avec ce recul des cours, la demande sur ces produits se développe.

Boulogne

Les mareyeurs boulonnais ont vécu une semaine mitigée. Sous un climat agité en périphérie d’une dépression centrée au large de l’Irlande, la criée n’a reçu d’approvisionnement qu’à partir de mardi et pour quelques rares espèces seulement : le merlan, pourtant en fin de saison, dont le cours atteint 1,80€ pour les plus beaux gabarits et autour de 1,40-1,50€ pour les plus petits. A noter également un peu de chinchard. Jeudi, après la journée fériée du 8 mai, des débarques plus importantes ont pesé sur les cours, faisant chuter le merlan encore un peu présent à 1,30€ pour les plus beaux spécimens et 0,80€ pour les plus petites tailles, tandis que le chinchard s’échange entre 0,30 et 0,40€. Le rouget-barbet reprend peu à peu sa place, mais toujours pas de poissons plats. Dans ce contexte, le commerce affiche une embellie par rapport à la semaine précédente. Vendredi, la pêche côtière apporte majoritairement des poissons de petite taille. Les mareyeurs fondent leurs espoirs dans un navire hauturier attendu samedi, avec une débarque de lieu noir dont le cours s’établit à 1,90-2,00€. Des bateaux sont partis à la recherche de maquereau, dont les approvisionnements de cette fin de semaine se sont échangés entre 1,50 et 1,80€ selon la taille. Les seiches pêchées sont pour l’instant d’un gabarit beaucoup trop important (entre 1 et 4kg), susceptible de n’intéresser que les fabricants de lamelles. Du côté des transformateurs des produits de la pêche hauturière, la semaine, entrecoupée par un jour férié et le salon Seafood de Bruxelles, a été marquée par une demande plus importante que la semaine précédente et un marché soutenu pour toutes les espèces. Cette tendance toute récente et la diversité de l’offre présente expliquent sans doute la prudence qui limite la progression des cours. Les précommandes enregistrées pour la semaine 20 semblent de bon augure.

Rungis

La fermeture du 8 mai cette semaine permet une concentration des ventes qui confère au marché de mardi et de jeudi une émulation satisfaisante. Les pluies en fin de semaine contribuent, quant à elles, à un net ralentissement de la fréquentation sous la halle. Le retour à un niveau d’apports importants à l’issue des congés scolaires engorge sensiblement la place parisienne, et les cours sont en moyenne difficilement soutenus sur la période.

Dernière modification lemardi, 14 mai 2019 14:17
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail