Menu
  • Couverture OPEF

S 50 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

S 50 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine suit la tendance des semaines précédentes, avec des apports toujours mesurés. Toutefois, pour les espèces à filet, les volumes débarqués en églefin, merlan, julienne sont plus importants, ce qui a provoqué un petit tassement des cours. Ils se maintiennent cependant à un niveau correct. Pour la raie et les requins, les apports sont peu élevés ce qui a permis aux prix de se tenir. Pour les espèces nobles et festives, les volumes disponibles sont limités. En conséquence, les prix progressent fortement et se retrouvent à des niveaux très élevés. Pour exemple, la lotte a terminé la semaine avec des cours supérieurs à 10€/kg. Avec la poursuite des mouvements sociaux et le blocage de certaines plateformes de la grande distribution et de zones commerciales, l’activité commerciale reste donc perturbée et compliquée à destination de certaines régions. De ce fait, les différents opérateurs de la filière demeurent prudents par manque de visibilité. A l’import, la situation est identique. Les volumes destinés au marché français sont réduits afin de ne prendre aucun risque. En conséquence, les prix se raffermissent, notamment pour le dos de cabillaud, et atteignent des niveaux élevés. Pour la coquille Saint Jacques, les volumes disponibles sur le marché restent importants. Les cours ont été légèrement plus élevés que la semaine dernière. Sur les criées des Côtes d’Armor, ils se sont situés, en moyenne, aux alentours des 2,50€/kg à la vente de lundi et de mercredi, avant de se replier à 2,40€/kg à celle de jeudi, malgré des volumes mis en vente en recul. En crustacés, la demande pour les fêtes n’est pas encore présente, mais le faible disponible maintient une pression forte sur les cours.

Boulogne

Les approvisionnements très corrects dans certaines espèces ont vu leur cours fléchir. Notamment, pour le merlan entre 0,50 et 0,90 €/kg selon la taille, le hareng entre 0,30 et 0,40 €/kg et le tacot à 0,35 €/kg. Avec des arrivages très mesurés en poissons plats, les cours restent fermes en carrelet et en sole, La diversité n’a pu être complétée par la pêche hauturière peu présente cette semaine. Alors que les mouvements sociaux ont moins perturbé le commerce des produits côtiers, celui- ci est rendu plus complexe auprès des GMS qui se concentrent sur les produits festifs. La demande en petits poissons sera de plus en plus décroissante. L’activité à l’importation est restée dynamique notamment en lieu noir et julienne. D’autres espèces peu présentes, comme le merlu, le flétan et la sébaste ont vu leur cours s’élever. L’activité se recentre logiquement sur les produits festifs comme la lotte, la langoustine et la noix de Saint-Jacques tout en constatant des prix moins élevés que ceux de l’année précédente.

Rungis

Les ventes sont très fluides tout au long de la semaine. Les cours sont orientés à la hausse pour les produits festifs (coquillages, crustacés et fumaisons). À l’inverse, les poissons de consommation courante (cabillaud, merlu, lieu et raie) se commercialisent avec plus de lenteur. Malgré des disponibilités assez mesurées, les cours restent stables.

Dernière modification levendredi, 21 décembre 2018 13:35
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail