Menu
  • Couverture OPEF

S 47 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

S 47 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

La semaine a été compliquée, avec une ambiance commerciale difficile en raison des mouvements sociaux et des blocages. Les commandes sont restées frileuses et des opérations de mises en avant ont été annulées. Les mareyeurs ont manqué de visibilité dans leurs opérations commerciales. De nombreuses centrales étant bloquées, les magasins ont réalisé plus de commerce en direct. Toutefois, la Bretagne étant moins impactée par les blocages que Boulogne sur Mer notamment, la demande s’est reportée sur les poissons provenant des criées bretonnes. En conséquence, les quantités débarquées étant toujours d’un faible volume, les cours ont peu varié et sont restés soutenus. Pour exemple, la lotte taille 3 est restée proche des 6,50€/kg en moyenne toute la semaine. Pour la coquille Saint Jacques, la pêche du lundi a été perturbée par le mauvais temps et a en conséquence été reportée au mardi. Sur la semaine, les volumes débarqués ont été d’un bon niveau. Les cours sur les criées de la baie de Saint Brieuc ont été en moyenne de 2,50€/kg lundi, 2,35€/kg mardi et de 2,60€/kg mercredi. En crustacé, l’activité commerciale a également été perturbée par les blocages et des opérations de mise avant ont été annulées par plusieurs enseignes. En raison du faible disponible, les cours restent fermes.

Boulogne

Le contexte des mouvements sociaux actuels donne peu de visibilité. Les prévisions de blocage ont pu gêner les débarques en début de semaine. L’essentiel d’entre elles s’est donc concentré dès mercredi, avec une amélioration des arrivages sur certaines espèces, permise par la baisse des températures, principalement le merlan. La pêche côtière reste orientée, comme la semaine précédente, sur le hareng pour les besoins ponctuels des fêtes locales, ainsi que sur l’encornet très bien valorisé sur les marchés « export » (Italie, Espagne). Les tonnages de coquilles sont par contre en retrait en raison des mauvaises conditions météos. Son prix s’est logiquement raffermi entre 3,00 € et 3,40 €/kg selon arrivage. Les prix sont globalement revus à la baisse sur l’ensemble des espèces, en cause, un commerce fortement perturbé par ces mouvements sociaux imprévisibles. L’encornet échappe à cette morosité dans un contexte de marché plus soutenu. L’activité demeure donc très prudente sur l’ensemble de la filière, et les opérateurs s’emploient activement à gérer les contraintes logistiques, entre les retards, les anticipations ou les reports de livraisons. Celles-ci s’effectuent toutefois, non sans difficultés, et les GMS préfèrent en général maintenir leurs commandes pour éviter toute rupture d’approvisionnement.

Rungis

Après un début de semaine assez difficile le marché devient très animé lors des deux derniers jours d’ouverture. Les conditions de mer difficiles rendent assez disparates les disponibilités sous la halle parisienne. Les pêches côtières semblent les plus pénalisées. Face à ce constat les cours sont diversement orientés. Centre

Dernière modification lemardi, 27 novembre 2018 13:25
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail