Menu
  • Couverture OPEF

S 50 2014 Note de conjoncture des produits de la mer

S 50 2014 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Avec la dégradation des conditions météorologiques, les volumes débarqués qui étaient déjà modestes la semaine dernière, se réduisent encore. La demande devient plus active. Ces facteurs entraînent des surenchères de cours sur l’ensemble des espèces festives et plus particulièrement sur la lotte. Même les poissons plus communs, habituellement délaissés à cette période, voient leurs prix progresser et atteindre des niveaux élevés. A l’import, les conditions sont identiques, avec un manque de marchandises et une demande assez soutenue. Les prix en dos de cabillaud sont à des niveaux élevés avec une tendance à la hausse. En coquille Saint Jacques, les apports ont également été plus limités en raison des mauvaises conditions météorologiques. Les cours poursuivent leur hausse et sont à des niveaux supérieurs par rapport aux années précédentes. En crustacés, la demande pour les fêtes n’est pas encore très présente, mais le faible disponible maintient une pression forte sur les cours.

Boulogne

Les mauvaises conditions météorologiques n’ont eu qu’un impact modéré sur les apports. Certes, les quantités sont moindres mais néanmoins globalement suffisantes. En outre, les espèces sont diversifiées. On trouve, en effet, toujours beaucoup d’encornets, bien vendus sur l’Italie et l’Espagne. Par ailleurs, l’approvisionnement est aussi composé de bars, petits cabillauds, merlans, maquereaux, perlons, de petites quantités de barbets, etc. À l’importation, le mauvais temps qui sévit un peu partout, de la frontière espagnole jusqu’au nord de l’Europe engendre un manque dans certaines espèces. Le saumon par exemple, mais aussi la langoustine ou les noix de SaintJacques en provenance d’Écosse sont très difficiles à trouver. De ce fait, les prix de ces articles flambe. Le loup en provenance d’Écosse et d’Islande fait sa réapparition mais son prix élevé bloque les ventes. D’une manière générale, l’activité est jugée plutôt bonne. L’écoulement des différents produits ne pose pas de problème, que ce soit en France ou à l’exportation. En GMS, les promotions portent sur le bar de Grèce, le filet de saumon et saumon entier de Norvège, le filet de cabillaud, la raie, la lotte, la sole, le tout en provenance d’Atlantique Nord-Est.

Rungis

Les ventes sont assez fluides en début de semaine pour les espèces de consommation courante. Les filets frais, le cabillaud, le merlu et le lieu jaune restent prisés d’une clientèle assez large, restauration hors foyer et détail. Leurs cours sont assez attractifs face à des apports conséquents, mais sans excès. En fin de semaine, les acheteurs se détournent quelque peu de ces espèces pour se rapprocher des produits fins. Les ventes de poissons plats tels que le turbot ou la sole ne démarrent réellement que le vendredi. La lotte est recherchée par une clientèle de restaurateurs haut de gamme. Les mauvaises conditions météorologiques freinent cependant sensiblement la motivation des acheteurs le samedi. Cette semaine, les coquillages et les crustacés voient leurs cours s’orienter à la hausse à l’approche des fêtes de fin d’année.

Dernière modification lemercredi, 17 décembre 2014 08:31
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail