Logo
Imprimer cette page

S 35 2014 Note de conjoncture des produits de la mer

S 35 2014 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Après des apports abondants lundi, les volumes débarqués ont été beaucoup plus réduits le reste de la semaine.  La demande a été moyenne dans l’ensemble voire bonne dans les produits à petits prix à la veille du week-end.
Pour ces raisons, les cours ont été corrects voire assez élevés dans l’ensemble des espèces et aucune n’a connu de difficultés. Pour les mareyeurs, le commerce a été compliqué cette semaine, avec une demande moyenne voire forte dans certains produits, mais avec un manque de poissons et des prix élevés. A l’import, l’offre est également restreinte en cabillaud et en lieu noir. En thon germon, la campagne de pêche se poursuit avec des apports disparates suivant les bateaux, les prix se maintenant à un niveau correct. En langoustine, à l’approche de la fin de saison, les quantités débarquées diminuent ce qui permet aux cours de rester soutenus.

Boulogne

Semaine correcte dans l’ensemble:
La plupart des bateaux ont repris la mer. L’approvisionnement est donc plus large et diversifié. On trouve beaucoup de barbets pour lesquels il y a une bonne demande que ce soit en France ou en Espagne et en Italie. Il y a également de la seiche, de l’encornet, un peu de carrelets, de chinchards, de roussettes, de faibles quantités de soles et de merlans. Ce dernier est d’ailleurs cher : de 3 à 4,20 € au cadran selon la taille. Il y a pléthore de maquereaux. Ceux-ci sont, de ce fait, difficiles à écouler.
La demande commence à être plus présente. Les consommateurs sont encore sur les espèces à griller : sardines, chinchards, filets de maquereaux. La demande est active en merlans mais les quantités de ce poisson sont insuffisantes pour y répondre.
En matière d’importations, on trouve toujours beaucoup de lingues bleues, difficiles à commercialiser car comme il s’agit d’une espèce de grands fonds, la grande distribution n’est pas preneuse. En GMS, les promotions portent sur les moules de bouchot, le turbot d’Espagne, le saumon de Norvège, la sardine, la sole, le lieu noir en provenance d’Atlantique Nord-Est.
L’annonce d’une météo favorable semble redonner confiance à la profession. 

Rungis

L’approche de la rentrée scolaire et la reprise progressive de l’activité s’accompagnent d’une augmentation sensible de la fréquentation sous la halle et des volumes disponibles en toutes espèces. Les cours sont assez fermes sans pour autant s’envoler face à des ventes qui restent, sommes toutes, assez moyennes. Les commandes fermes laissent envisager un réel redémarrage de l’activité la semaine prochaine sous la halle, après deux mois de calme.
Après des apports abondants lundi, les volumes débarqués ont été beaucoup plus réduits le reste de la semaine.
La demande a été moyenne dans l’ensemble voire bonne dans les produits à petits prix à la veille du week-end. Pour ces raisons, les cours ont été corrects voire assez élevés dans l’ensemble des espèces et aucune n’a connu de difficultés. Pour les mareyeurs, le commerce a été compliqué cette semaine, avec une demande moyenne voire forte dans certains produits, mais avec un manque de poissons et des prix élevés. A l’import, l’offre est également restreinte en cabillaud et en lieu noir. En thon germon, la campagne de pêche se poursuit avec des apports disparates suivant les bateaux, les prix se maintenant à un niveau correct. En langoustine, à l’approche de la fin de saison, les quantités débarquées diminuent ce qui permet aux cours de rester soutenus.

Dernière modification lemercredi, 03 septembre 2014 15:26

Dernier de L'Union Nationale de la Poissonnerie Française

Copyright © 2014 Union Nationale de la Poissonnerie Française. Tous droits réservés.