Menu

S10 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les apports sont en légère hausse par rapport à la précédente mais se situent cependant à un niveau assez faible pour une semaine de mars. Toutefois, les volumes débarqués ont été bien répartis sur toutes les journées, et les espèces présentes étaient diversifiées. Les cours sont restés fermes et soutenus jusqu’en milieu de semaine avant de se tasser à l’approche du week-end. En ce début de mois, la demande est plus dynamique mais elle se concentre principalement sur le dos de cabillaud qui est mis en avant à des prix peu élevés, dans de nombreuses enseignes de GMS. Ce produit concurrence fortement les autres espèces qui ont du mal à trouver leur place dans les rayons marée. Au niveau des collectivités, la présence de volumes importants de filets de queues de cabillaud perturbe également l’écoulement des autres produits. A l’import, on peut aussi noter que les volumes proposés de loup de mer et de sébaste sont en augmentation, avec des prix en baisse. En coquille Saint Jacques, les conditions tempétueuses du début de semaine ont perturbé les pêches. A partir de mercredi, les volumes débarqués ont retrouvé un niveau correct. Les prix sont restés soutenus pour la saison, entre 2,20€/kg et 2,30€/kg. En tourteau, en raison d’un faible disponible et d’une demande qui se développe, les cours progressent. En homard, c’est la pénurie, les cours sont très élevés, supérieurs à ceux de noël.

En savoir plus...

S9 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Après le pic de volumes de la semaine précédente, les apports ont fortement régressé cette semaine en raison des mauvaises conditions météorologiques. Pour la pêche côtière, ils ont été très limités et même absents certains jours. Concernant les hauturiers, les volumes débarqués ont été peu importants mais ils ont été réguliers. De ce fait, les cours de la majorité des espèces ont progressé fortement tout au long de la semaine, pour retrouver les niveaux assez élevés d’il y a deux semaines. Toutefois, pour certaines espèces comme le merlu et la lotte, leurs prix ont progressé plus faiblement. Avec le début de mois, la demande a été un peu plus active mais elle est restée orientée sur les petits prix et les promotions. A l’import, avec le retour du dos de cabillaud islandais, l’offre s’est étoffée, avec des cours qui se tassent légèrement mais demeurant toutefois d’un bon niveau. En coquille Saint Jacques, les mauvaises conditions météorologiques ont perturbé les pêches de début de semaine. Les volumes débarqués ont donc été réduits, ce qui a permis aux prix d’être soutenus. En crustacé, en raison de volumes conséquents et de prix bas, des promotions sur l’araignée ont été mis en place. En tourteau, avec les débarques de fin de semaine dernière, l’offre s’est étoffée mais en raison d’une demande régulière les cours sont restés stables.

En savoir plus...

S8 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine se caractérise par des volumes débarqués très importants et par une demande peu présente, orientée vers les promotions et les prix bas. De ce fait, le marché s’est donc vite trouvé engorgé. Les cours ont chuté pour atteindre les prix planchers en milieu de semaine pour la majorité des espèces. Ils sont toutefois repartis à la hausse à la veille du week-end, les acheteurs anticipant la baisse prévue des volumes pour la prochaine semaine. Des tonnages conséquents n’ont pas trouvé preneurs sur l’ensemble des criées bretonnes, mardi et mercredi. Les principales espèces concernées sont la lotte, le merlan, le merlu, le lieu jaune, la cardine,……Seuls le cabillaud, la julienne, la seiche et la raie n’ont pas véritablement connus de problèmes de commercialisation. Il est à noter également des débarques importantes de sole avec des cours en forte baisse, qui ont entraîné derrière eux les prix des autres poissons plats. A l'import, la Norvège est très présente, avec des volumes importants en cabillaud. Avec la fin du conflit des pêcheurs, les produits de la pêche islandaise commencent à faire leur retour. En coquilles Saint jacques, les volumes débarqués sont corrects et une partie d’entre eux a été prélevée pour la transformation, ce qui a permis aux prix de se raffermir et de s’établir aux alentours des 2,10€/kg. En crustacé, l’offre en araignée est importante, les prix sont en baisse. En revanche, pour le tourteau et le homard, le disponible est peu important et les cours se maintiennent à des niveaux élevés.

En savoir plus...

S6 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine se caractérise par les mauvaises conditions météorologiques qui ont désorganisé l’approvisionnement. La pêche côtière a été fortement réduite en début de semaine ainsi que la pêche hauturière dont les rotations s’en sont trouvées perturbées. Les prix se sont maintenus à des niveaux très corrects voire élevés sur les espèces nobles en prévision de la Saint Valentin. Le prix de la lotte s’est enfin redressé. Le merlu abondant en milieu de semaine va bénéficier d’animation sur les étals. Le lieu noir, poisson des collectivités et des écoles, a vu son prix correct de début de semaine se raffermir à l’approche du week-end. Le conflit social des pêcheurs en Islande s’éternise et semble même se durcir malgré la nomination d’un médiateur. Cependant, en Norvège la pêche au cabillaud vient de démarrer et les gros tonnages débarqués vont permettre des mises en avant fort intéressantes. La pêche à la coquille St Jacques a également pâtit du mauvais temps en début de semaine puis, en raison de mise en avant, conjuguée à des apports moindres et avec la fermeture d’un gisement, les cours se sont bien comportés en frôlant les 3€/kg. Dans le sud-Finistère, les débarques de sardines demeurent encore importantes avec des prix rémunérateurs et avec de plus, une pêche très près des côtes. A noter la présence de merlus à bon prix au contraire de la raie dont les prix ont fortement chuté. En tourteaux l’offre reste peu présente et le restera à cause des grands coefficients de marée à venir et par voie de conséquence les cours se raffermissent dans le haut de la fourchette. Le commerce en homard demeure délicat avec des prix à l’achat élevés et des prix à la vente dissuasifs.

En savoir plus...

S5 2016 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les apports des hauturiers, conséquents le lundi, ont décliné à l’approche du week-end. De plus, en raison des conditions tempétueuses de la fin de semaine, les débarques des bateaux côtiers ont été également fortement réduites. Les principaux volumes débarqués concernent essentiellement la lotte, le merlu et la raie. Pour cette dernière, les prix se sont situés à des niveaux peu élevés et des lots se sont retrouvés invendus sur certaines criées. Pour la lotte, les cours se sont légèrement raffermis tout en restant bas. A l’inverse, même s’ils se sont tassés, les prix des espèces à filet comme le merlu, l’églefin ou le merlan, notamment, restent soutenus. L’activité commerciale est aussi compliquée que les deux semaines précédentes, en raison d’une demande peu présente, principalement orientée sur les petits prix. A l’import, en raison de la faible présence de l’origine norvégienne et de la grève des pêcheurs islandais qui s’éternise, l’offre en dos de cabillaud frais est toujours restreinte et les cours soutenus. De ce fait, ce produit est de plus en plus souvent remplacé par du dos de cabillaud salé sur les rayons des GMS. En coquille Saint Jacques, les volumes débarqués sont d’un bon niveau mais la demande reste peu importante. En conséquence, les cours se maintiennent aux alentours des 2 €/kg et les usines de transformation absorbent toujours l’excédent. En crustacés, l’activité est ralentie en tourteau, en raison d’une offre faible et de prix élevés. En homard, les cours soutenus limitent la demande.

En savoir plus...

S4 2016 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les volumes disponibles sont en hausse avec le retour à la normale des rotations de bateaux. Les cours ont baissé tout au long de la semaine pour l’ensemble des espèces. Ils se situent toutefois à un niveau correct pour certaines espèces à filet comme la lingue franche, l’églefin et le merlu. En revanche, pour la lotte, et malgré des mises en avant dans de nombreuses enseignes, les prix sont au plus bas et des lots se sont retrouvés invendus sur certaines criées. La situation pour la raie est identique et elle devrait se dégrader un peu plus la semaine prochaine car de fortes débarques sont attendues. L’activité commerciale de cette semaine a été aussi difficile et décevante que la précédente, en raison d’une demande timide et de consommateurs toujours peu aux achats dans les magasins. A l’import, compte tenu de la poursuite des mouvements sociaux en Islande, les quantités disponibles restent limitées. Le manque de dos de cabillaud a obligé certaines enseignes à restreindre ou à annuler les mises en avant prévues sur ce produit. En coquille Saint Jacques, les volumes débarqués sont en hausse. Faute de demande, les cours se sont maintenus à un niveau proche des 2€/kg et des quantités importantes ont été dirigées vers les usines de transformation. Il est à noter que les volumes débarqués en langoustine se maintiennent à un niveau élevé pour la saison, ce qui met une pression sur les cours. En crustacés, l’offre en araignée abondante et la demande faible entraînent des difficultés de commercialisation et des prix bas. Pour le homard, l’activité commerciale reste ralentie malgré des stocks importants.

En savoir plus...

S3 2016 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Le froid qui règne dans l’hexagone n’incite guère la ménagère à sortir de chez elle et la consommation de poisson passe après celle de la viande. De fait, le marché du poisson cette semaine est resté désespérément calme avec des débarques insignifiantes et une demande atone. C’est toujours le cas en début d’année mais celle-ci se caractérise quand même par des prix corrects pour l’ensemble des espèces sauf pour le St Pierre et la lotte pour la 2ème semaine consécutive. Les apports se sont concentrés sur des espèces telles que l’églefin, le merlan et la lotte. Des opérations promotionnelles sur la lotte ont débuté cette semaine et devraient se poursuivre la semaine prochaine. Il est à noter que les débarques de sardines sont toujours aussi importantes chaque semaine depuis au moins 4 mois. A l’import, le conflit social s’éternise en Islande ce qui entraîne une pénurie en dos de cabillaud avec des tarifs qui flambent toujours. Quant à la coquille St Jacques, comme les semaines passées, c’est la trêve hivernale concernant le gisement de St Brieuc. Malgré des arrivages de faibles quantités des autres gisements, les cours sont restés modestes (2,60€/kg). La langoustine continue de bénéficier de prix corrects et est souvent mise en avant comme produit d’appel dans les enseignes. Concernant les tourteaux et araignées, la tendance est morose après le contre coup des fêtes. Les stocks de homard demeurent importants depuis la fin de l’année et les prix régressent quelque peu.

En savoir plus...

S2 2016 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les apports se sont concentrés sur les trois premiers jours. Les mauvaises conditions météorologiques à la veille du week-end ont perturbé les apports notamment pour les côtiers. En raison de volumes débarqués importants et d’une demande peu présente, les cours de la lotte ont fortement chuté et se sont situés à des niveaux proches des prix planchers. Les prix de la raie et des différents requins ont également fortement baissé. En revanche, pour les espèces à filet, les cours sont restés soutenus. La grève des pêcheurs se poursuivant en Islande, le disponible à l’import et notamment en dos de cabillaud est faible et les prix sont très élevés. De ce fait, certains opérateurs se sont rabattus sur les criées bretonnes, ce qui a renforcé la concurrence à l’achat sur ces espèces et a donc permis aux cours de se maintenir à un bon niveau. Dans les magasins, la demande, déjà peu importante, ralentit avec le démarrage des soldes. En coquille Saint Jacques, les apports demeurent minimes, seuls les gisements Ouest Cotentin et St Malo étant ouverts à la pêche cette semaine. Toutefois, les besoins étant faibles, les cours ont plafonné aux alentours des 2,60 €/kg. En crustacés, le disponible en araignée et des prix bas permettent quelques mises en avant. En homard et en tourteau, l’activité commerciale est modeste, les cours sont stables.

En savoir plus...

S50 2016 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Les volumes débarqués en poissons, cette semaine, ont été assez réguliers et se situent à un niveau correct pour la saison. La demande a été très calme, tout au long de la semaine, pour se réveiller légèrement à l’approche du week-end. Pour les espèces à filet comme le merlan, l’églefin ou le merlu, les prix se sont tassés, tout en se maintenant à un niveau correct. Pour d’autres espèces comme la raie, le grenadier, le congre, la roussette ou le requin ha, notamment, les cours ont fortement baissé et des lots se sont retrouvés invendus sur certaines criées. Pour la lotte et les poissons plats, les prix sont soutenus mais la demande pour les fêtes de Noël n’est pas encore présente. A l’import, les cours du dos de cabillaud, bas en début de semaine, se sont raffermis à partir de mercredi par manque d’offre. Il est à noter que les marins pêcheurs islandais sont en grève depuis mercredi ce qui pourrait provoquer un manque de marchandise sur le marché. En coquille Saint Jacques, à l’approche des fêtes de fin d’année, les volumes débarqués ont augmenté, en raison de trois pêches autorisées cette semaine dans la baie de St Brieuc. Les besoins étaient forts et les cours soutenus lors des deux premières ventes de la semaine (2,75€/kg de moyenne). En revanche, jeudi, la demande a fléchi et les prix ont chuté et n’ont atteint en moyenne que les 2,10€/kg. En crustacés, la demande pour les fêtes n’est pas encore très présente, mais le faible disponible maintient une pression forte sur les cours.

En savoir plus...

S49 2016 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

En raison notamment de bonnes conditions météorologiques, les volumes débarqués sont en hausse, en comparaison de ceux des semaines précédentes. Pour les espèces à filet comme le merlan, l’églefin ou le lieu noir, les cours se sont tassés tout au long de la semaine mais ils demeurent toujours à un niveau correct. Pour la julienne, les prix sont restés soutenus, la demande sur ce produit étant dynamisée par une mise en avant dans une enseigne de la grande distribution. En lotte, malgré des volumes en hausse, les prix sont restés élevés. Pour la raie, en revanche, l’augmentation des apports a provoqué une forte baisse des cours. Il est à noter également qu’en raison de deux jours fériés en Espagne, le commerce de la cardine a été perturbé et que des quantités relativement importantes n’ont pas trouvé preneurs. Pour les poissons festifs comme le bar, le Saint Pierre ou le turbot, la demande commence à se faire plus présente, les cours se raffermissent. A l’import, l’offre, diversifiée et très importante cette semaine, était nettement supérieure aux besoins. De ce fait, les prix ont reculé dès mardi avant de s’effondrer ensuite. En coquille Saint Jacques, les volumes disponibles sont plus importants, en raison de trois jours de pêche cette semaine contre deux les semaines précédentes, en baie de Saint Brieuc. Toutefois, avec l’approche des fêtes de fin d’année, la demande se développe et les cours se maintiennent à des niveaux élevés (2,70€/kg en moyenne sur les criées des Cotes d’Armor). En crustacés, les besoins sont modérés, mais l’offre étant restreinte, les cours restent fermes.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43