Menu

S 05 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les apports sont en diminution par rapport à la précédente. En effet, les mauvaises conditions météorologiques ont fortement réduit les volumes débarqués pour la pêche côtière. Pour les hauturiers, les apports, d’un niveau correct en début de semaine, ont décliné ensuite à l’approche du week-end. Les principaux volumes débarqués concernent essentiellement le merlu et la lotte sur les criées du Sud Bretagne. Sur celles du Nord, c’est le merlan qui est présent en nombre. De ce fait, pour ce dernier, les prix ont fortement baissé et ont été proches des prix planchers. Pour les autres espèces à filet, après la baisse importante opérée la semaine précédente, les cours sont restés stables à baissiers. Pour la lotte, en raison d’une offre moins importante, les prix se sont raffermis et ont été proche des 5€/kg en moyenne. A l’import, même si les volumes disponibles étaient inférieurs à la semaine précédente, ils demeuraient encore supérieurs aux besoins. En effet, la fin de mois, les inventaires et les problèmes logistiques causés par les perturbations neigeuses ont été des facteurs limitants. De ce fait, l’écoulement de l’ensemble de la marchandise a été compliqué à partir du milieu de semaine et les resserres sont importantes. Pour la coquille Saint Jacques, en raison des conditions météorologiques, les volumes débarqués sur les criées des Côtes d’Armor ont été plus mesurés mais, faute de demande, les cours sont restés proches des 2€/kg et des volumes importants ont été dirigés vers la transformation. A noter que sur les autres gisements de Brest et du sud Bretagne, l’ensemble des volumes a pu être commercialisé avec des prix qui se sont raffermis.

En savoir plus...

S 03 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les volumes disponibles sont en hausse, en raison des conditions météorologiques correctes et du retour à la normale des rotations de bateaux. Les cours ont baissé tout au long de la semaine pour l’ensemble des espèces. Ils se situent toutefois à un niveau correct pour les espèces à filet comme l’églefin, le merlan et le merlu. En revanche, pour la lotte, les prix sont au plus bas et des lots se sont retrouvés invendus sur certaines criées en fin de semaine. Pour la raie, notamment les grosses tailles, les grondins et la cardine, les cours ont également fortement reculé. L’ensemble des poisons nobles comme le turbot, le bar ont vu leurs prix également chuter. A l’import, les volumes sont aussi en augmentation, ce qui a entraîné également un recul des cours et en premier lieu celui du dos de cabillaud qui a perdu 2 à 3€/kg entre le début et la fin de semaine. Pour la coquille Saint Jacques, la situation a été identique à la semaine précédente, avec peu de volume mis en vente mais avec une demande absente. De ce fait, des quantités importantes ont dû être dirigées vers la transformation et les prix sont restés très bas. En crustacé, la commercialisation de l’araignée demeure compliquée. En tourteau, l’offre, comme la demande, évolue peu, les cours sont stables. En homard, malgré un disponible faible, les cours se replient sensiblement.

En savoir plus...

S 02 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

En cette première semaine complète de l’année, les volumes débarqués progressent, mais ils restent toutefois encore modérés. Les cours de la majorité des espèces de poisson se sont tassés, mais ils restent à des niveaux assez élevés avec, notamment, les cours du merlu supérieurs à 3€ et ceux de l’églefin supérieurs à 3,50€/kg. Seules la lotte et la cardine ont vu leurs prix nettement orientés à la baisse pour revenir à des niveaux plus modestes. Le cours de la lotte a terminé la semaine proche des 5€/kg. A l’import, les pêches dans le nord de l’Europe étant perturbées par de mauvaises conditions météorologiques, les volumes disponibles sont restés peu importants et à des tarifs soutenus pour la majorité des espèces. Avec la fin des vacances scolaires et en raison des faibles volumes disponibles la semaine précédente, la demande a été d’un bon niveau la première partie de la semaine, puis elle s’est ensuite légèrement réduite, avec le démarrage des soldes mercredi, tout en restant régulière à l’approche du week-end. En coquille Saint Jacques, peu de gisements étaient ouverts à la pêche cette semaine. Les volumes débarqués ont donc été minimes. En raison d’une demande très faible, les cours sont en recul et se situent au niveau des prix planchers et de nombreux lots ont difficilement trouvé preneurs sur l’ensemble des gisements bretons. En crustacé, des difficultés de commercialisation notables ont eu lieu pour l’araignée. En tourteau et en homard, l’offre est peu importante, tout comme la demande, ce qui entraîne un tassement des cours.

En savoir plus...

S 01 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Pour cette première semaine de l’année, amputée également d’un jour férié, les apports sont restés limités globalement, certains bateaux restant à quai pour les fêtes de fin d’année, mais les rendements par bateaux ont dopé les débarques. Cependant, dès jeudi, l’animation sur les quais a progressé et les prix sont restés dans la fourchette haute, les besoins de réassorts dans les commerces étant importants. Les poissons, tel l’églefin, la lotte et l’encornet ont vu leurs prix se raffermir au contraire du maquereau qui est resté invendu. Les plates formes ont eu besoin de se faire réapprovisionner et les rayons de se remplir pour faire face à des étals dépouillés de poissons filetés. C’est donc pour cela que la demande est allée croissante en fin de semaine avec un commerce pour un début d’année rarement aussi dynamique, attisée par le manque de marchandises. Quant à la pêche à la coquille St Jacques, les principaux gisements observent une pause après les demandes conséquentes des fêtes de fin d’année. Concernant les crustacés, les stocks en tourteau sont au plus bas, l’araignée est présente et le commerce du homard demeure calme.

En savoir plus...

S 50 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine suit la tendance des semaines précédentes, avec des apports toujours mesurés. Toutefois, pour les espèces à filet, les volumes débarqués en églefin, merlan, julienne sont plus importants, ce qui a provoqué un petit tassement des cours. Ils se maintiennent cependant à un niveau correct. Pour la raie et les requins, les apports sont peu élevés ce qui a permis aux prix de se tenir. Pour les espèces nobles et festives, les volumes disponibles sont limités. En conséquence, les prix progressent fortement et se retrouvent à des niveaux très élevés. Pour exemple, la lotte a terminé la semaine avec des cours supérieurs à 10€/kg. Avec la poursuite des mouvements sociaux et le blocage de certaines plateformes de la grande distribution et de zones commerciales, l’activité commerciale reste donc perturbée et compliquée à destination de certaines régions. De ce fait, les différents opérateurs de la filière demeurent prudents par manque de visibilité. A l’import, la situation est identique. Les volumes destinés au marché français sont réduits afin de ne prendre aucun risque. En conséquence, les prix se raffermissent, notamment pour le dos de cabillaud, et atteignent des niveaux élevés. Pour la coquille Saint Jacques, les volumes disponibles sur le marché restent importants. Les cours ont été légèrement plus élevés que la semaine dernière. Sur les criées des Côtes d’Armor, ils se sont situés, en moyenne, aux alentours des 2,50€/kg à la vente de lundi et de mercredi, avant de se replier à 2,40€/kg à celle de jeudi, malgré des volumes mis en vente en recul. En crustacés, la demande pour les fêtes n’est pas encore présente, mais le faible disponible maintient une pression forte sur les cours.

En savoir plus...

S 49 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Par rapport aux semaines précédentes, les fondamentaux du marché ont peu évolué. Pour les hauturiers, les volumes débarqués sont toujours peu élevés mais les apports restent réguliers et assez diversifiés. Pour les côtiers, les pêches sont perturbées par les mauvaises conditions météorologiques, ce qui cause de faibles débarques. Pour les poissons nobles et notamment la lotte et les poissons plats, les prix sont très soutenus. Pour les espèces à filet, les cours ont peu évolué tout au long de la semaine et ils se maintiennent à un bon niveau. L’activité commerciale reste perturbée en raison des mouvements sociaux qui se poursuivent, mais elle a été plus régulière tout au long de la semaine. L’activité du vendredi, contrairement aux semaines précédentes, a été plus satisfaisante, à l’exception des envois vers Paris. A l’import, les volumes destinés au marché français sont réduits en raison des mouvements sociaux, les opérateurs ne voulant prendre aucun risque. En conséquence, les prix sont en hausse et atteignent des niveaux élevés, notamment pour le dos de cabillaud. Pour la coquille Saint Jacques, avec l’ouverture de la zone de Saint Malo, les volumes débarqués sont importants. Les cours sur les criées des Côtes d’Armor, déjà peu élevés lundi (2,40€/kg), se sont repliés lors des deux autres ventes et ont terminé aux alentours des 2,20€/kg à la vente de jeudi. De plus, des volumes importants ont été dirigés vers les usines de transformation. A noter également que sur la côte sud et notamment sur les criées de Quiberon et de Loctudy, des lots de coquilles sont restés invendus mercredi, ce qui est un fait plutôt rare. Elles ont toutefois trouvé preneur le lendemain mais à un prix proche du prix plancher. En crustacés, l’offre reste restreinte et les prix poursuivent leur progression à l’approche des fêtes.

En savoir plus...

S 48 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine est restée dans la même lignée que les précédentes, avec des apports toujours d’un faible niveau mais réguliers et diversifiés pour les hauturiers. Pour les côtiers, les mauvaises conditions météorologiques ont perturbé les pêches et les volumes débarqués ont été fortement réduits. L’activité commerciale est restée perturbée en raison des mouvements sociaux qui se poursuivent. Au lendemain du week-end, la demande de réassort a été correcte pour un début de semaine, ce qui a permis aux cours sur les criées de demeurer fermes et soutenus. Sur la deuxième partie de semaine, la demande s’est ralentie en raison des nouvelles menaces de blocage annoncées pour samedi. Les magasins manquent de visibilité et ne veulent prendre aucun risque. Pour la troisième semaine consécutive, l’activité commerciale du samedi sera sensiblement réduite, alors qu’elle devrait être maximale. En conséquence, les cours ont fléchi en fin de semaine. A l’import, les opérateurs sont également prudents et ne se chargent pas trop. L’activité a été correcte en début de semaine avant de ralentir franchement à l’approche du week-end. Les prix sont stables dans l’ensemble. Pour la coquille Saint Jacques, trois jours de pêches étaient programmés cette semaine. Les apports ont été d’un bon niveau lundi et mercredi mais ont été réduits jeudi. Les cours ont atteint les 2,60€/kg de moyenne au lendemain du week-end, avant de se replier aux alentours des 2,35€/kg ensuite. Pour les crustacés, le disponible est toujours modéré pour le tourteau et restreint pour le homard. De ce fait, les cours, déjà à un niveau élevé, poursuivent leur hausse.

En savoir plus...

S 47 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

La semaine a été compliquée, avec une ambiance commerciale difficile en raison des mouvements sociaux et des blocages. Les commandes sont restées frileuses et des opérations de mises en avant ont été annulées. Les mareyeurs ont manqué de visibilité dans leurs opérations commerciales. De nombreuses centrales étant bloquées, les magasins ont réalisé plus de commerce en direct. Toutefois, la Bretagne étant moins impactée par les blocages que Boulogne sur Mer notamment, la demande s’est reportée sur les poissons provenant des criées bretonnes. En conséquence, les quantités débarquées étant toujours d’un faible volume, les cours ont peu varié et sont restés soutenus. Pour exemple, la lotte taille 3 est restée proche des 6,50€/kg en moyenne toute la semaine. Pour la coquille Saint Jacques, la pêche du lundi a été perturbée par le mauvais temps et a en conséquence été reportée au mardi. Sur la semaine, les volumes débarqués ont été d’un bon niveau. Les cours sur les criées de la baie de Saint Brieuc ont été en moyenne de 2,50€/kg lundi, 2,35€/kg mardi et de 2,60€/kg mercredi. En crustacé, l’activité commerciale a également été perturbée par les blocages et des opérations de mise avant ont été annulées par plusieurs enseignes. En raison du faible disponible, les cours restent fermes.

En savoir plus...

S 46 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

A l’image des semaines précédentes, les apports évoluent peu. Ils sont toujours faibles mais restent toutefois réguliers et assez diversifiés. Pour les espèces à filet, les volumes débarqués restent globalement insuffisants, malgré une demande peu dynamique et les cours se maintiennent donc à de bons niveaux. Seul l’églefin a vu ses apports un peu plus conséquents sur le marché intérieur comme à l’import, ce qui a provoqué un tassement de son prix. En lotte, en raison de volumes peu élevés, les cours ont peu varié tout au long de la semaine et se sont situés aux alentours des 6,50€/kg. Dans cette deuxième quinzaine du mois de novembre, la demande, comme habituellement à cette période, est modeste. De plus, les perturbations prévues samedi en raison du mouvement des « gilets jaunes » ont compliqué un peu plus l’activité commerciale de la semaine. Les livraisons pour le week-end ont été anticipées et réduites dans certains cas. A l’import, en raison de problèmes logistiques, les arrivées de dos de cabillaud en provenance d’Islande ont été retardées alors que les livraisons pour la fin de semaine étaient anticipées. Cette situation a donc entraîné une chute des cours de ce produit dès mercredi. A l’inverse, le manque de disponible en lieu noir et en sébaste provoque un raffermissement de leurs prix, qui se situent déjà à des niveaux élevés. Pour la coquille Saint Jacques, les apports sur les criées de la baie de Saint Brieuc se maintiennent à de bons niveaux, tout comme les prix, qui se sont situés, en moyenne, aux alentours des 2,50 €/kg. En crustacé, les stocks sont faibles, tout comme la demande, les prix sont fermes.

En savoir plus...

S 44 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

A l’image des semaines précédentes, les apports sont restés modestes bien qu’en légère hausse sur la fin de la période. Une fin de mois, des vacances scolaires et un jour férié ont contribué au marasme ambiant. Les prix, guère rémunérateurs en début de semaine ont progressé le vendredi en prévision de la rentrée scolaire et donc la fin des vacances de la Toussaint. La lotte, vendue en dessous de 5€/kg a vu son prix s’afficher au-dessus des 6€ le vendredi. Pour le requin et pour la raie, quand elle est abondante, les cours se maintiennent difficilement. Des débarques irrégulières d’églefin ont permis certains jours de proposer des tarifs plus souples que les semaines passées. La petite langoustine se fait de plus en plus rare et son prix sous criée flirte toujours autour des 20€. Il en est de même pour la glacée. En coquille St- Jacques, malgré une météo compliquée le lundi, les apports restent corrects mais les cours demeurent bas, aux alentours de 2,20€/kg sauf pour la coraillée plus chère. En crustacés, en raison d’une offre faible, l’activité est ralentie en tourteau. En homard le peu de pêche suffit et le cours commence à grimper.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail