Menu

S 06 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Le fait marquant de la semaine est la forte perturbation de l’activité commerciale à partir de mercredi, en raison de la perturbation neigeuse qui a touché de nombreuses régions et notamment l’Ile de France. Ces mauvaises conditions météorologiques ont désorganisé les transports et ont fortement réduit la fréquentation des magasins. De ce fait, l’écoulement de l’ensemble de la marchandise a été compliqué et les resserres sont importantes. En conséquence, malgré des volumes débarqués d’un niveau moyen, qui se sont concentrés sur le début de semaine, les cours se sont repliés tout au long de la période. Les prix de la lotte font partie de ceux qui ont été le plus impactés, et ils se sont repliés à des niveaux proches de ceux des prix planchers. Pour les espèces à filet, les cours ont également baissé mais n’ont pas atteint les prix planchers, et il n’y a eu que très peu d’invendus. A noter, que le début de la saison du lieu jaune démarre très calmement, avec des volumes débarqués limités et des tarifs qui restent soutenus, supérieurs à 4€/kg. A l’import, les quantités disponibles étaient importantes, notamment en dos de cabillaud, en dos de lieu noir ainsi qu’en filet de loup. Les mêmes causes ayant les mêmes effets, les tarifs se sont effondrés. De plus, il a été très compliqué de vider l’intégralité des stocks en fin de semaine et la resserre reste donc très importante. En coquille Saint Jacques, en raison des mauvaises conditions météorologiques, les volumes débarqués ont été faibles ce qui a permis aux cours d’être soutenus et de s’établir aux alentours de 2,60€/kg en moyenne. En crustacé, le marché évolue peu avec toujours des volumes disponibles faibles et des prix très soutenus.

En savoir plus...

S 05 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, pour la pêche hauturière, les volumes débarqués sont en augmentation par rapport aux semaines précédentes, mais restent toutefois d’un niveau moyen pour la saison. Les apports ont été assez réguliers tout au long de la période et bien diversifiés. Pour la pêche côtière, avec l’amélioration des conditions météorologiques, les quantités débarquées sont également en hausse. De ce fait, les cours de la majorité des espèces se sont bien repliés, dès le début de semaine, et ont retrouvé des niveaux attractifs. A l’import, le disponible s’accroît également, avec des volumes de dos de cabillaud en provenance de Norvège en hausse, du dos de lieu noir toujours présent en nombre et des apports de sébaste et de loup en provenance d’Islande qui se développent. La demande, malgré des prix attractifs dans plusieurs espèces, est restée assez calme, la fin de mois et les inventaires ayant été des facteurs limitants. En coquille Saint Jacques, les volumes débarqués demeurent d’un bon niveau. Faute de demande, les cours se sont maintenus proches des 2€/kg, et des quantités importantes (65%) ont été dirigées vers les usines de transformation. Pour la langoustine, les apports ont été assez importants pour la saison, en début de semaine, ce qui a provoqué une baisse des prix en dessous des 9€/kg pour la petite taille. A l’approche du week-end, avec la baisse des volumes débarqués et avec une demande plus présente, les cours se sont bien raffermis. Pour les tourteaux, les stocks restent faibles, alors que la demande est présente malgré des prix toujours très élevés.

En savoir plus...

S 04 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

C’est une semaine fort compliquée qui s’est caractérisée par des conditions climatiques très difficiles, tant pour les hauturiers que pour les côtiers, et par un commerce bien atone en cette fin du premier mois de l’année. Les débarques modestes ont permis aux cours de rester en haut de l’échelle. Aucune espèce n’est à mettre en avant si ce n’est l’encornet, qui voit ses apports augmenter tout comme son prix. Les jours de pêche dans le pays bigouden sont très inférieurs aux mois précédents et les tonnages débarqués sont en chute libre pénalisant l’ensemble de la filière. Côté import, le mauvais temps a retardé les approvisionnements. Le dos de cabillaud a été très demandé du fait de mise en avant nationale par une grande enseigne. Cela s’est traduit par un prix soutenu tout le début de la semaine au contraire du lieu noir dont les prises nombreuses ont fait baisser les tarifs. En coquille St Jacques, dans la baie de St Brieuc quelques jours de rattrapage étaient programmés. Le cours est resté proche des 2 euros, avec beaucoup d’invendus. Il semble que ce produit n’intéresse plus le chaland, celui-ci l’assimilant aux jours de fêtes. La langoustine, du fait des coups de vents, a vu son prix fortement grimper, pour ne plus être pêchée car difficile à trouver ; les pêcheurs préférant chaluter le poisson. Les crustacés sont aux abonnés absents et c’est un commerce de réassort qui entretient les ventes. Les prix restent élevés et sont proches de ceux des fêtes de fin d’année.

En savoir plus...

S 02 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

En cette première semaine complète de l’année, les volumes débarqués, encore réduits en début de semaine, ont augmenté à partir de mercredi, mais ils restent toutefois encore modérés. Les cours de la majorité des espèces de poisson se sont tassés, mais ils restent à des niveaux assez élevés avec, notamment, le merlu entre 3,40€/kg et 3,80€/kg, l’églefin entre 2,50 et 3€/kg, le lieu jaune entre 4,50 et 5€/kg. Seule la lotte a vu son prix baisser plus sensiblement avec des cours compris entre 5 et 6€/kg. A l’import, les pêches dans le nord de l’Europe étant perturbées par de mauvaises conditions météorologiques, les volumes disponibles sont restés peu importants, de qualité moyenne et à des tarifs soutenus pour la majorité des espèces. Seule l’offre de lieu noir était plus importante, ce qui a entraîné une baisse des prix. Avec la fin des vacances scolaires et en raison des faibles volumes disponibles la semaine précédente, la demande a été d’un bon niveau la première partie de la semaine, puis elle s’est ensuite réduite, tout en restant régulière à l’approche du week-end, avec le démarrage des soldes. En coquille Saint Jacques, peu de gisements étaient ouverts à la pêche cette semaine. Les volumes débarqués ont donc été minimes. En raison d’une demande très faible, les cours sont en recul et se situent au niveau du prix plancher de 2€/kg. Pour le tourteau et le homard, l’offre est très réduite et les cours restent donc très élevés.

En savoir plus...

S 01 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Pour cette première semaine de l’année, le commerce a été compliqué, en raison d’apports limités dans les espèces de la pêche hauturière, voire quasiment absente pour celles de la pêche côtière. Cette situation est habituelle la première quinzaine de janvier, mais elle est accentuée cette année par la succession des tempêtes. Les faibles disponibilités ont été négociées sur des bases de cours très soutenus dans toutes les espèces. De plus, à l’import, la situation est identique, l’offre en poisson est restreinte, ce qui maintient les prix à des niveaux élevés. En coquille Saint Jacques, seuls les gisements annexes étaient ouverts à la pêche cette semaine. De plus, en raison des conditions météorologiques, les volumes débarqués ont donc été quasiment inexistants. En crustacés, après la très forte activité pendant les fêtes de fin d’année, les échanges commerciaux ont été très faibles. Les cours se tassent légèrement en tourteau comme en homard.

En savoir plus...

S 49 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Même s’ils sont supérieurs à ceux de la semaine précédente, les volumes débarqués sur les criées bretonnes restent mesurés. Pour la julienne, malgré des apports plus importants, les prix se sont maintenus à un niveau correct, la demande sur ce produit étant dynamisée par une mise en avant dans une enseigne de la grande distribution. Pour l’églefin et le merlan qui ont vu leur volume débarqué en hausse, les cours se sont tassés jusqu’à jeudi, tout en restant d’un niveau correct. A la veille du week-end, leurs cours sont repartis à la hausse, et plus particulièrement pour le merlan qui était très demandé. Pour la raie, en revanche, l’augmentation des apports a provoqué une baisse des cours en fin de semaine. En lotte, les prix ont poursuivi leur hausse pour atteindre des prix très élevés qui ont flirté avec les 8€/kg pour les tailles 1 et 2. Pour les autres poissons nobles, la situation est identique. A l’import, l’offre en dos de cabillaud reste supérieure à la demande et de ce fait, l’écoulement du produit a été compliqué, ce qui a engendré une baisse des prix. De plus, avec un prix du saumon peu élevé, celui-ci concurrence le dos de cabillaud dans les rayons. Dans les magasins, la demande est peu soutenue mais d’un niveau normal pour la période. En coquille Saint Jacques, les pêches dans la baie de Saint Brieuc n’ont pas été trop perturbées par le mauvais temps, ce qui a permis des apports toujours d’un bon volume. Les cours ont progressé en moyenne de 2,50€/kg lundi, à 2,68€/kg mercredi. En crustacés, l’offre est restreinte et les prix poursuivent leur progression à l’approche des fêtes.

En savoir plus...

S 47 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Dans la lignée des semaines précédentes, les volumes débarqués se maintiennent à des niveaux modestes dans l’ensemble et ont été réguliers tout au long de la période. Le disponible en merlan et en églefin a été plus important que les semaines précédentes, et de ce fait, leurs cours sont en net recul. Pour les autres espèces à filet, les cours se sont également tassés. Seul le congre a connu des difficultés de commercialisation, notamment sur la taille 2. Concernant la lotte, les volumes sur les criées bretonnes, comme en Ecosse, sont peu importants. De ce fait, les cours, après avoir baissé au lendemain du weekend, ont été soutenus sur le reste de la semaine. Pour la pêche côtière, le coup de vent du milieu de la semaine a limité les débarques. A l’import, des volumes importants de dos de cabillaud provenant de Norvège étaient présents sur le marché et ont pesés sur les cours qui ont reculé tout au long de la semaine. Dans les magasins, la demande a été atone et mêmes les mises en avant n’ont pas permis d’écouler les volumes prévus. Pour la coquille Saint Jacques, les apports se maintiennent à de bons niveaux tout comme les prix sur les criées de la baie de Saint Brieuc, qui se situaient, en moyenne, aux alentours des 2,50€/kg lundi et qui ont fortement augmenté mercredi pour atteindre les 3,10€/kg en moyenne. En crustacé, les stocks sont faibles, tout comme la demande, les prix sont fermes.

En savoir plus...

S 46 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Pour la pêche hauturière, les apports ont été plus importants que la semaine précédente mais ils restent toutefois modestes. Ils sont globalement assez réguliers sur la semaine avec cependant des volumes débarqués un peu plus importants lundi. Pour la pêche côtière, il n’y a pas beaucoup de poisson non plus. Les cours se sont tassés dans l’ensemble, au lendemain du week-end, avant de se redresser ensuite. Les prix restent donc soutenus pour les espèces « transformées » avec, notamment, le cours de la lotte, taille 2 et 3, supérieur à 6€/kg, celui de l’églefin supérieur à 2,50€/kg et celui de la raie dépassant les 2€/kg. Pour les poissons vendus entiers, la seiche et l’encornet, les cours sont moins élevés et donc plus accessibles. A l’import, en raison des mauvaises conditions météorologiques sur le nord de l’Europe, les volumes disponibles restent peu élevés, à l’exception du cabillaud en raison de volumes conséquents péchés en Norvège. La demande n’est pas très active même si elle a été un peu plus soutenue à l’approche du week-end. Elle s’est principalement concentrée sur les mises en avant et les petits prix. Pour la coquille Saint Jacques, le bon début de saison se poursuit, avec toujours des tonnages d’un bon niveau et des cours proches, en moyenne, des 2,65€/kg sur les criées de la baie de Saint Brieuc. En crustacé, les volumes disponibles étaient restreints et les cours sont restés fermes.

En savoir plus...

S 45 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les apports sur les différentes criées sont restés mesurés mais réguliers. Pour les espèces à filet, les volumes débarqués restent globalement insuffisants malgré une demande peu dynamique, et les cours se maintiennent donc à de bons niveaux. Seuls le merlan et l’églefin, à un niveau moindre, ont vu leurs apports un peu plus conséquents sur les criées de Bretagne Nord et donc leurs prix se tasser. Pour la lotte, les cours sont restés assez stables tout au long de la semaine et se sont situés entre 5,20€/kg et 5,80€/kg pour les tailles 1,2 et 3. A l’import, les volumes disponibles sont également modérés. Après un début de semaine calme, la demande a été un peu plus active mercredi et jeudi. Toutefois, cette impression de commerce plus dynamique est accentuée par le férié du 11 novembre, qui concentre les achats sur ces deux jours. En effet, le manque d’apport et les prix soutenus ne permettent pas d’animer et de dynamiser les rayons marée. Pour la coquille Saint Jacques, la pêche dans la baie de Saint Brieuc s’est ouverte cette semaine. Les débarques ont été correctes lundi mais faibles mercredi en raison du mauvais temps. Toutefois, les pêches de rattrapage de jeudi ont permis de compenser. Les cours ont été d’un bon niveau lundi et jeudi, avec des moyennes respectives de 2,52€/kg et 2,62€/kg alors que mercredi, par manque d’offre, ils ont flambé et ont atteint un prix moyen de 3,78€/kg. En tourteau, les volumes débarqués ont été importants alors que la demande était peu présente. Des mises en avant et la cuisson en prévision des fêtes ont permis d’écouler une partie des stocks. En homard, le disponible est toujours faible et les cours sont fermes.

En savoir plus...

S 44 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Le fait marquant de la semaine reste le jour férié du mercredi de la Toussaint qui a perturbé la vente des poissons, les criées étant fermées. En cette fin de mois d’octobre, en Bretagne Nord les céphalopodes et le merlan ont été les principales espèces pêchées avec des prix soutenus. Le congre et le tacaud ont connu des problèmes de commercialisation. Dans le Sud Bretagne, les débarques se sont concentrées le jeudi avec des apports importants en lieu jaune, en raie et en émissole avec des prix plus abordables pour le consommateur. On sent que « le poisson revient » avec la fraîcheur des eaux qui s’intensifie ne nécessitant plus aux bateaux de pêcher très Nord. La pêche à la coquille St Jacques, ouverte traditionnellement le lundi et le mercredi dans les côtes d’Armor a vu son deuxième jour décalé au jeudi, ce qui a gêné la mise en vente tardive le jeudi soir, de ce fait les cours ont baissé sensiblement par rapport à le semaine dernière mais restent rémunérateurs à 2,45€/kg. La langoustine devient de plus en rare et les prix sont par voie de conséquence élevés. Le homard brille par son absence entraînant tout doucement mais sûrement son tarif vers le haut. Bien présent le tourteau voit son prix de vente diminuer quelque peu.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail