Logo
Imprimer cette page

S 37 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

S 37 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Bretagne Au niveau des apports, cette semaine est restée identique aux semaines précédentes. Les volumes débarqués demeurent assez réduits. Pour les espèces à filet comme le merlan, l’églefin, le lieu noir ou la lingue, les cours, déjà d’un bon niveau, se sont raffermis. En lotte, les prix ont également progressé et sont d’un bon niveau, proche des 6€/kg. Pour les poissons dits nobles, les cours sont toujours très élevés. Les cours de la raie, qui étaient bas depuis plusieurs semaines, ont bien remonté, notamment pour la taille 3. Pour le thon germon, les quotas sont en train d’être atteints donc la campagne touche à sa fin. Les bateaux arrêtent cette pêche avant de repartir pour d’autres espèces telles que la cardine, la lotte, l’églefin, ce qui devrait occasionner une augmentation des débarques pour ces espèces, dans les prochaines semaines. A l’import, l’offre en dos de cabillaud, quoique davantage présente, reste toutefois inférieure à la demande. Cette situation engendre des cours fermes. La demande a été moyenne dans l’ensemble et a été freinée par un manque de poissons et des prix élevés. En tourteau, l’offre demeure toujours limitée, ce qui permet la fermeté des cours qui, de ce fait, restent à des niveaux très élevés pour la saison, supérieurs à ceux de 2018. En homard, la situation est identique, avec un disponible insuffisant, notamment en petites tailles, et donc des prix fermes et soutenus.

Rungis

La pleine activité de la restauration collective, des conditions climatiques estivales qui dynamisent les marchés forains et le détail traditionnel dans son ensemble permettent un volume de vente important en début de semaine. Cette émulation s’accompagne d’une hausse significative des cours dans bon nombre d’espèces. Le marché est porteur toute la période et le produit des pêches et de l’aquaculture se valorise sans difficulté. La faiblesse des apports pour le marché de samedi permet l’écoulement de la quasi globalité du disponible, poussé par des cours de dégagement assez bas.

Boulogne-sur-Mer

Cette semaine est marquée par deux débarques, entrecoupées par un coup de vent mercredi. Dans les filets, on trouve 70% de seiche, qui s'est vendue à un prix moyen de 3,50€ HT/kg. La pêche est complétée par du rouget-barbet et du maquereau, valorisés respectivement autour de 3€ HT/kg et entre 1,00 et 1,50€ HT/kg. L'activité du marché est assez moyenne. Les fileteurs reçoivent du maquereau, dans la continuité de la semaine précédente et dans un contexte où la demande commence à s'estomper. Le rouget-barbet, le barbet-friture, la seiche et l'encornet complètent l'essentiel des apports au sein desquels il y a peu de poissons plats. Les produits qui souffrent de la faiblesse des volumes disponibles voient leur prix s'envoler à l'instar du filet de loup qui connait une augmentation de 3 à 4€ HT/kg, ce qui pèse sur l'activité du marché. Les grands absents de la semaine sont le merlan et la sole. La pêche hauturière a livré du lieu noir, lequel s'est vendu à un cours très tendu (2,20 à 2,30€ HT/kg), dans la lignée du marché danois. Malgré cette tension sur les prix, il trouve des débouchés auprès de plusieurs enseignes de GMS. Celles-ci tentent en effet des opérations de transition, suite à la baisse de la demande en maquereau avec la fin des grillades estivales. Le merlu, le cabillaud avec tête, l'églefin et la julienne complètent les apports hauturiers.

Dernière modification levendredi, 20 septembre 2019 09:02

Dernier de L'Union Nationale de la Poissonnerie Française

Copyright © 2014 Union Nationale de la Poissonnerie Française. Tous droits réservés.