Menu

S 02 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

S 02 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

En cette première semaine complète de l’année, les volumes débarqués progressent, mais ils restent toutefois encore modérés. Les cours de la majorité des espèces de poisson se sont tassés, mais ils restent à des niveaux assez élevés avec, notamment, les cours du merlu supérieurs à 3€ et ceux de l’églefin supérieurs à 3,50€/kg. Seules la lotte et la cardine ont vu leurs prix nettement orientés à la baisse pour revenir à des niveaux plus modestes. Le cours de la lotte a terminé la semaine proche des 5€/kg. A l’import, les pêches dans le nord de l’Europe étant perturbées par de mauvaises conditions météorologiques, les volumes disponibles sont restés peu importants et à des tarifs soutenus pour la majorité des espèces. Avec la fin des vacances scolaires et en raison des faibles volumes disponibles la semaine précédente, la demande a été d’un bon niveau la première partie de la semaine, puis elle s’est ensuite légèrement réduite, avec le démarrage des soldes mercredi, tout en restant régulière à l’approche du week-end. En coquille Saint Jacques, peu de gisements étaient ouverts à la pêche cette semaine. Les volumes débarqués ont donc été minimes. En raison d’une demande très faible, les cours sont en recul et se situent au niveau des prix planchers et de nombreux lots ont difficilement trouvé preneurs sur l’ensemble des gisements bretons. En crustacé, des difficultés de commercialisation notables ont eu lieu pour l’araignée. En tourteau et en homard, l’offre est peu importante, tout comme la demande, ce qui entraîne un tassement des cours.

Boulogne

Cette semaine, des débarques régulières évitent toute rupture d’approvisionnement, avec une offre suffisante pour répondre à la demande. La rotation des bateaux assure des apports hebdomadaires, avec toutefois une grande disparité en termes de représentativité. Les principales espèces à citer sont le merlan et l’encornet, dont les tonnages garantissent la stabilité des prix. Le merlan est échangé entre 0,80 € et 1,20 €/kg selon la taille, avant de se raffermir entre 1,20 €/kg et 1,50 €/kg dans les tailles portion, suite à une légère baisse de régime dans les apports en fin de semaine. Les volumes travaillés permettent au cours de ne pas s’emballer, ce qui intéresse les GMS à la recherche de prix en cette période de solde. Le divers est complété par des arrivages satisfaisants de carrelet et de coquille. À l’exception du lieu noir, dont le prix se tasse avec l’amélioration des débarques, aucune autre espèce n’est à citer en pêche hauturière, l’essentiel étant réorienté vers les criées danoises. Globalement, le marché est équilibré et relativement bien orienté malgré le démarrage des soldes d’hiver. Certaines mises en avant confortent la fréquentation en rayon poissonnerie. La pêche locale s’écoule aisément en l’absence de concurrence directe avec les produits importés. En effet, les mauvaises conditions météos dans les pays nordiques, perturbent l’activité à l’importation, et la plupart des bateaux sont restés à quai. Tout comme pour la pêche hauturière, seul le lieu noir fait l’objet d’arrivages importants, permettant au cours de chuter de 2,80 € à 1,20€/kg, alors que toutes les autres espèces font défaut. La gamme habituelle (julienne, merlu…) est donc échangée plus fermement. Malgré des prix en hausse sur les poissons d’importation, les enseignes restent présentes pour pouvoir élargir une offre réduite en termes de diversité. On observe également un marché à l’export moins animé en raison d’une météo également peu favorable vers l’Europe du Sud, compliquant la logistique.

Rungis

Les ventes sont très lentes cette semaine sous la halle des produits de la mer. La restauration collective permet un flux constant de poissons de consommation courante tels que le cabillaud, le merlu et le lieu, entier ou en filet. Les cours sont stables dans l’ensemble de ces espèces grâce à des apports en adéquation avec la faiblesse de la demande. À l’inverse, les consommateurs se détournent des produits massivement consommés lors des fêtes de fin d’année, et les cours se replacent rapidement à leur valeur usuelle.

Dernière modification lejeudi, 17 janvier 2019 13:19
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail