Logo
Imprimer cette page

S 41 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

S 41 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine est dans la même veine que les semaines précédentes. Les apports sur les criées sont toujours peu importants. Ils sont toutefois réguliers, avec une bonne répartition des espèces et assez équilibrés entre les différentes places portuaires. Ce manque de volume se ressent, aussi bien sur la pêche hauturière, que sur la pêche côtière. Pour l’ensemble des espèces à filet, les prix demeurent soutenus. Après avoir atteint des niveaux de prix très élevés, en milieu de semaine dernière, le cours de la lotte s’est tassé tout au long de la période, pour retrouver des tarifs compris entre 5,50 et 6€/kg, à la veille du week-end. Les seules espèces qui se maintiennent à des prix peu élevés sont les petits requins et les raies, notamment celle de taille 1et 2. A l’import, les quantités disponibles sont également peu importantes et les prix sont soutenus, dans l’ensemble. Le cours du dos de cabillaud s’est tassé en milieu de semaine, en raison notamment de problèmes logistiques, mais il demeure toujours à un niveau élevé pour la saison. En coquille Saint Jacques, les volumes débarqués sont d’un bon niveau et sont supérieurs à ceux de la semaine précédente. A l’inverse, les cours ont été nettement inférieurs. Ils sont restés proches du prix plancher de 2€/kg à la vente de lundi, avant de remonter aux alentours des 2,40€/kg à celle de mercredi. Pour les crustacés, le disponible est toujours modéré pour le tourteau et restreint pour le homard. De ce fait, les cours se maintiennent toujours à un niveau élevé.

Boulogne

Il y a peu dévolution cette semaine sur Boulogne/Mer. La représentativité est relative, avec une pénurie de poissons blancs. Les quantités débarquées en provenance de la pêche côtière et hauturière demeurent déficitaires. Peu d’espèces sont à mettre en avant, à l’exception du maquereau dont les prix évoluent en dent de scie selon arrivage. Le marché sur ce poisson reste toutefois dynamique vers l’Italie et l’Espagne, ainsi qu’en GMS. Les arrivages de seiche diminuent progressivement au profit de l’encornet dont les volumes travaillés augmentent : une espèce chassant l’autre. Le début de saison pour la coquille se poursuit favorablement, avec une amélioration des tonnages sur le littoral Boulonnais. Les gisements en baie de seine ne sont pas encore réellement ouverts. La demande s’intensifie à l’approche du week-end, faisant évoluer le prix de 2,80 € et 3,20 €/kg en moyenne. Globalement, le manque de poisson impacte le travail des mareyeurs, d’autant plus que l’activité à l’importation ne permet pas de diversifier l’offre. Bien que le commerce soit en deçà des attentes, le marché reste très soutenu, et les prix se raffermissent. Au regard de l’offre disponible, des défauts d’approvisionnement sont observés en magasin. La demande à l’export sur certains articles est à peine satisfaite par des arrivages mesurés de grondin, de sardine et de barbet friture.

Rungis

Cette semaine la pleine activité de la restauration collective permet un flux volumineux pour les espèces de la marée courante. L’offre, bien que d’un bon niveau, ne contre pas une certaine fermeté des cours pour ces espèces (cabillaud, merlu). Les cours élevés pour les espèces de la marée fine éveillent la prudence des acheteurs. En fin de semaine, les resserres présentes sont nombreuses malgré des cours de dégagement assez bas. De la marchandise est encore présente en fin de marché samedi.

Dernière modification lemercredi, 17 octobre 2018 08:17

Dernier de L'Union Nationale de la Poissonnerie Française

Copyright © 2014 Union Nationale de la Poissonnerie Française. Tous droits réservés.