Menu

S 39 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

S 39 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Après plusieurs semaines avec des apports mesurés, cette semaine se caractérise par des volumes débarqués encore plus faibles sur l’ensemble des criées bretonnes. Ce manque criant de volumes s’est ressenti sur la pêche hauturière comme sur la pêche côtière. Avec cet important manque d’offre, la concurrence à l’achat a été très forte. De ce fait, l’ensemble des espèces a vu leurs prix progresser. Pour les poissons nobles, les cours sont toujours très élevés. Pour les espèces à filet, les prix sont très soutenus. Pour la lotte, les volumes sont moindres par rapport aux semaines précédentes, alors que la demande est dynamisée par des opérations de promotions dans certaines enseignes. En conséquence, les prix se sont maintenus aux alentours des 7€/kg toute la semaine. Même pour la raie, qui avait connu des difficultés de commercialisation depuis quelques semaines, les tarifs ont fortement augmenté. Cette situation est compliquée pour les ateliers de mareyage qui ne peuvent pas traiter les volumes escomptés et sont obligés de mettre en congés une partie de leur personnel. A l’import, le contexte est identique, avec un disponible largement inférieur à la demande, ce qui entraîne également des hausses sensibles de prix. En tourteau comme en homard, le manque de marchandise se fait également sentir, et les prix déjà élevés progressent encore.

Boulogne

L’amélioration des conditions météos a peu d’effets sur les apports. On retrouve des volumes très mesurés de merlan, difficile à valoriser par les fileteurs en raison d’une taille insuffisante. Le divers est complété par le maquereau, mais les faibles volumes travaillés orientent le prix à la hausse en fin de semaine, variant de 1 €/kg en début de semaine à 2 €/kg en moyenne. Dans la continuité de la semaine précédente, les autres espèces à citer sont représentées par la sardine et la seiche avec des arrivages réguliers mais là aussi sans excès. On observe en marge une amélioration progressive des arrivages d’encornet. À l’importation, les mauvaises conditions météos dans les régions scandinaves et en Ecosse perturbent fortement l’activité. Peu d’espèces sont à mettre en avant, tout comme celles issues de la pêche hauturière, dont les prix se raffermissent, à l’image du lieu noir qui est passé de 1,20 €/kg à un 1,60 €/kg sur la petite taille. Globalement, les débarques liées à l’importation et en provenance de la pêche côtière et/ou hauturière sont en nette baisse, et se placent par conséquent sur un marché très soutenu à ferme selon l’espèce ciblée par la demande.

Rungis

Les intempéries maritimes dans l’Atlantique Nord ainsi qu'en Méditerranée perturbent de façon significative l’offre en poissons. Bon nombre d’espèces sont peu représentées et voient leurs cours s’orienter à la hausse (cabillauds, sardines, merlus). Ces niveaux de prix éveillent la prudence des acheteurs qui limitent leurs volumes d’achats. En fin de semaine, malgré une offre hétérogène, les resserres sont encore nombreuses.

Dernière modification lemercredi, 03 octobre 2018 13:18
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail