Menu

S 34 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

S 34 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine est dans la lignée des précédentes, avec des apports limités classiques de la saison. Pour les espèces à filet, les cours ont peu évolué et se maintiennent à des niveaux moyens. Les prix de la lotte sont restés également relativement stables. Pour la raie, les cours sont repartis à la baisse et des volumes se sont retrouvés invendus à la veille du week-end. A l’inverse, les poissons nobles et les plats notamment, ont vu leurs tarifs se raffermir de nouveaux et atteindre des niveaux de prix très soutenus, malgré des volumes débarqués plus importants en fin de semaine. La demande sur les zones côtières reste très bonne, alors qu’à l’inverse elle demeure faible dans les grandes agglomérations. A noter que la saison du thon germon se poursuit sur de bonnes bases de prix comme de volume. En langoustines, les apports se réduisent encore alors que les besoins demeurent soutenus, les cours sont donc très élevés. L’offre en tourteau reste très faible alors que la demande est toujours présente, les cours demeurent élevés. En homard, le commerce est régulier et les prix fermes.

Boulogne

Une activité en demi-teinte pour cette semaine, avec des débarques limitées tant en volume qu’en diversité. Des bateaux sont encore à l’arrêt. La pêche hauturière a assuré, avec 1 rotation, l’approvisionnement en lieu noir, merlu, églefin et cabillaud sans grande variation de prix. La sèche vient compléter l’offre avec des approvisionnements intéressants. On trouve aussi dans les apports locaux, un peu de chinchard, un peu de maquereau (30 tonnes) à un prix ferme. Les volumes de merlan sont faibles aussi le cours est à 2 €/kg pour les poissons de bonne taille. Pour les autres, difficilement valorisable par les fileteurs, le prix descend à 1 €/kg. Le volume des poissons plats est aussi limité, avec plus de carrelets que de soles. A l’importation, les volumes en sébaste et en loup, en provenance d’Islande, viennent compléter les apports et sont suffisants pour satisfaire la demande plus timorée. Le commerce de villégiature est à la baisse, sans être encore remplacé par celui des collectivités. La rentrée se profile. D’ailleurs, les GMS ont de fortes demandes pour assurer leurs promotions à partir de la semaine prochaine mais les tonnages peu élevés inquiètent la profession.

Rungis

L’approche de la reprise scolaire se fait sentir cette semaine. Bon nombre d’espèces se négocient d’ores et déjà à la hausse. À l’inverse, les espèces à griller se commercialisent avec plus de lenteur face à la sensible dégradation climatique constatée cette fin de semaine. Dans l’ensemble, le volume des ventes en augmentation absorbe sans grande difficulté le disponible proposé sur les marchés intérieurs.

Dernière modification lemercredi, 29 août 2018 15:56
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail