Menu

S 33 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

S 33 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

En Bretagne nord comme au sud, les apports de la semaine demeurent modestes en raison de l’effet saisonnier. Quelques bateaux sont en entretien ou en vacances et pour les côtiers pêchant au filet les grandes marées sont synonymes de repos. Parmi les espèces dont les prix restent délicats, l’on retiendra l’églefin et le merlu dans le nord. La raie quant à elle, voit son prix se stabiliser. Les poissons nobles sont toujours très recherchés et leurs prix s’envolent. L’on notera que pour l’ensemble des espèces, les prix se maintiennent et même se confortent. Côté import, le férié n’a guère perturbé les échanges, le dos de cabillaud moins péché a vu son prix atteindre la fourchette haute au contraire du lieu noir dont les volumes abondants ont entraîné les prix vers le bas. En loup de mer, les apports sont inexistants, les ventes en sébaste, étant corrects. La campagne de thon se poursuit avec des apports et des prix corrects. Pour les sardines, les apports sont moindres cette semaine. En langoustine, l’offre continue de se réduire, les cours sont donc en hausse constante face à une demande soutenue. En homard, les cours se maintiennent, quant aux tourteaux le commerce est à l’arrêt car cette semaine est marquée par de faibles débarques. La saison de l’araignée touche à sa fin. A noter que la saison du bouquet a commencé avec des prix élevés.

Boulogne

L’activité cette semaine s’est révélée correcte avec un marché relativement bien orienté, malgré la prudence liée au 15 août. Même si le divers est moins représentatif, les espèces présentes permettent de répondre à la demande estivale, notamment avec des arrivages satisfaisants des espèces à griller. On retrouve sans surprise du maquereau échangé entre 1,60 €/kg pour les petites tailles jusqu’à 2 €/kg, ainsi que la sardine dont le prix se tasse en fin de semaine avec l’amélioration des apports. Toutefois, les débarques de sardines ont été plus mesurées en raison d’invendus la semaine précédente, rendant le commerce un peu plus délicat sur cet article. Les volumes de seiche, toujours présente sur le littoral boulonnais, permet de satisfaire la demande vers l’exportation. Son prix reste ferme, aux alentours de 6,30 €/kg contre 7,80 €/kg la semaine précédente. Le divers est complété par le merlan dont le prix reste soutenu, entre 1,70 €/kg et 2€/kg en taille 3-5 et 4-5, alors qu’il est resté invendu à 1€ en début de semaine, faute d’une taille suffisante pour être valorisé par les fileteurs. Les arrivages de barbet-friture demeurent réguliers, mais les quantités travaillées sont déficitaires pour répondre favorablement à la demande, principalement sur le bassin méditerranéen. Avec une seule rotation, la pêche hauturière subit une baisse significative des arrivages. L’activité à l’importation pâtit du férié en milieu de semaine, avec une diversité très étroite, essentiellement représentée par du lieu noir, du sébaste et du merlu.

Rungis

Le marché parisien entre dans sa période la plus atone de l’année. Les opérateurs se contentent d’un approvisionnement juste suffisant et tentent de maintenir au mieux les niveaux de prix sur l’ensemble des produits. Cette stratégie ne contrecarre que partiellement un inévitable tassement des cours face à la faiblesse des échanges. Cependant nous constatons que les poissons de grands fonds (lotte) profitent d’une offre très retenue ce qui permet une fragile revalorisation des cours.

Dernière modification lemardi, 21 août 2018 09:58
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail