Menu

S 29 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

S 29 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Après le week-end du 14 juillet, qui avait vu une demande dynamique, cette nouvelle semaine a été beaucoup plus calme, que ce soit à l’intérieur des terres comme sur les côtes. Seul le début de semaine a vu une demande de réassort d’un bon niveau. L’activité commerciale s’est ensuite fortement ralentie avant de se réveiller légèrement à l’approche du week-end. Sur les ports bretons, les apports ont été peu importants, irréguliers et ont manqué de diversité. Pour les espèces à filet, malgré une offre peu élevée, les cours sont en repli, en raison d’une demande peu présente sur ces produits. A noter que pour les merlus de petite taille, la situation est restée identique à la semaine précédente, avec des prix bas et des volumes invendus. Pour la lotte, les volumes débarqués sont en baisse, en raison du départ d’une partie des bateaux pour le thon germon. Toutefois, les prix ont peu progressé et se maintiennent à des niveaux proches des prix planchers. En langoustine, les quantités débarquées restent peu importantes pour la saison, ce qui permet aux cours de se maintenir entre 10 et 15€/kg pour la petite taille suivant les jours de ventes et les criées. En crustacé, seules les mises en avant animent l’activité commerciale, mais les volumes écoulés n’atteignent pas les niveaux espérés.

Boulogne

Une semaine plus calme était à prévoir après le 14 juillet, avec des débarques limitées tant en volume qu’en diversité. Le merlan, le maquereau et en moindre quantité la sardine, restent pour l’essentiel les espèces représentatives à citer mais les apports sont en nette diminution. Le divers est complété par un peu de raie, d’émissole, de la vive et peu de barbet. Les arrivages se sont concentrés sur 2 jours principalement avec des prix stables mais fermes tout au long de cette semaine. Le travail des fileteurs est par contre garanti par la pêche hauturière qui permet, avec 2 rotations, des apports importants de lieu noir, de merlu de julienne et de lotte. La diversité est donc assurée avec la pêche au chalut, abondée par des arrivages non négligeables de maquereau et de petit cabillaud en provenance du Nord de l’Ecosse. Le commerce est diversement orienté selon les zones, morose dans les métropoles, un peu plus enclin en bordures côtières de villégiature.

Rungis

La semaine reste très calme sous la halle du marché parisien. Les cours sont orientés au gré du disponible qui parvient jusqu’à la capitale. Les fluctuations sont importantes notamment en limande sole, en maquereau et en sardine. Les poissons blancs et les autres poissons de consommation courante restent peu prisés. Les cours fléchissent malgré des apports très retenus.

Dernière modification levendredi, 27 juillet 2018 07:01
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail