Menu

S 26 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

S 26 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Dans la même lignée que la semaine précédente, les apports ont été d’un faible niveau. En conséquence, les cours sont restés soutenus, dans l’ensemble. Suivant les espèces et les lieux de commercialisation, la demande a réagi différemment. Pour les filets, les commandes de réassort ont été correctes au lendemain du week-end, puis elles ont fortement ralenti à partir de mercredi, en raison notamment des fortes chaleurs. En revanche, la demande en sardines maquereaux et poissons plats notamment, s’est développée dans la seconde moitié de la semaine. On constate également que la demande est restée routinière dans les grandes métropoles, alors qu’à l’inverse, sur toutes les zones côtières, elle s’est fortement développée, signe des premières arrivées des estivants et grâce aux conditions météorologiques estivales. A l’import, en raison d’une offre limitée et d’opérations de mises en avant dans plusieurs enseignes, la demande, tout comme les tarifs, est restée soutenue. A l’inverse, pour le lieu noir, la sébaste, le loup, les besoins se sont fortement ralentis dès le début de semaine ce qui a entraîné les prix vers le bas. En langoustine, les volumes débarqués ont poursuivi leur décrue, ce qui semble indiquer une fin précoce de la pleine saison. Les prix se maintiennent à un bon niveau pour la période. En tourteau, le disponible est plus important, la demande se développe. Toutefois, même s’ils poursuivent leurs baisses, les prix restent élevés pour la saison. En homard, le commerce est régulier, ce qui permet un bon turn-over des stocks. Les prix évoluent peu.

Boulogne

Les volumes débarqués sont faibles avec peu de retour de bateaux pêchant au Nord. La raréfaction actuelle du poisson fait envisager pour beaucoup l’arrêt de leurs activités pour entretiens, réparations ou congés. Ce contexte d’offres limitées rend le marché assez difficile avec des prix élevés. Seule la sole voit son cours diminué atteignant 10 €/kg pour les plus petites tailles au lieu de 12,50 €/kg la semaine dernière. Le maquereau, touché lui aussi par le peu d’approvisionnements, voit son prix augmenté et s’échange entre 2,3 €/kg et 3€/kg en fonction de sa taille. On déplore un manque de merlan et de chinchard. Le carrelet peu présent et la sole complètent le disponible. A l’importation, l’activité n’est pas plus dynamique avec des approvisionnements en lieu noir, julienne et églefin. Seul le commerce de villégiature en bordure côtière dynamise le marché avec une très forte demande en moules qui ne semblent pas manquées. En GMS les espèces appréciées sont le thon, le saumon, le cabillaud et les poissons à griller.

Rungis

Cette dernière semaine d’activité pour la restauration scolaire s’accompagne d’un ralentissement de la demande en poissons de la marée courante. Lieu noir, lieu jaune, cabillaud, poissons blancs et filets frais se valorisent difficilement. Pour les poissons à griller, l’embellie climatique s’accompagne d’une hausse du disponible. Les cours sont orientés à la baisse notamment en sardines. Les températures élevées de la semaine ont largement pénalisé les échanges en coquillages et crustacés.

Dernière modification lemardi, 03 juillet 2018 16:24
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail