Menu

S 24 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

S 24 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les apports ont été à nouveau irréguliers. Ils ont été importants en début de semaine, puis faible ensuite, avant de se renforcer à l’approche du week-end. Au niveau des volumes débarqués, la lotte est toujours nettement prédominante. Compte tenu de l’importance de ces volumes, le marché a été saturé, le commerce très difficile et tous les lots n’ont pas trouvé preneur, notamment lundi. En conséquence, les prix sont restés très bas, au niveau des prix planchers toute la semaine pour les tailles 1 et 2. Pour les plus petites tailles, le début de semaine a été identique, avant un raffermissement des cours à l’approche du congé de fin de semaine. Pour les espèces à filet, les cours sont restés corrects dans l’ensemble. Comme d’habitude à cette période, les tarifs de la raie ont fortement baissé pour se retrouver proches des prix planchers, malgré des quantités débarquées en baisse. Sur les criées du nord de la Bretagne, on peut noter une débarque importante et de bonne qualité de poissons plats : Saint Pierre, turbot, barbue. A l’import, l’offre en dos de cabillaud, dos de lieu noir, loup de mer, sébaste… est insuffisante pour répondre à la demande, ce qui provoque un raffermissement des cours. Pour les langoustines, les volumes pêchés sont en repli ce qui entraîne des cours plus soutenus sur toute la semaine. A la veille du week-end, les cours de la petite taille étaient supérieurs à 10€/kg. En crustacé, les pêches de tourteaux ont nettement progressé, ce qui permet enfin aux cours de se replier. En araignée, les difficultés de commercialisation ont été moins importantes que les semaines précédentes.

Boulogne

Cette semaine reproduit la physiologie de la précédente avec des apports de maquereau et de merlan en provenance du Nord. Quelques arrivages de merlans côtiers complètes ces arrivages. Avec en moyenne deux rotations, le prix du maquereau est très fluctuant. Son prix moyen est passé de 3,50 € en milieu de semaine à 2,20 €/kg. Ce prix est toutefois supérieur à celui constaté la semaine dernière en raison du tassement des tonnages. La sardine, connaît des fluctuations aussi larges. Dans un contexte de marché incertain, les mareyeurs évitent de prendre des risques, et avec les variations sur les arrivages et les prix, ils éprouvent parfois des difficultés à anticiper les besoins du marché. La pêche hauturière permet des apports plus significatifs de merlu et de lieu noir en milieu de semaine, avec un prix stabilisé entre 1 € et 1,20 €/kg. Les volumes en sardine continuent de croître pour mieux répondre à la demande actuelle sur les espèces à griller. Considérant la faiblesse des gisements côtiers, des arrêts sont planifiés pour réparation et entretien des bateaux. L’activité à l’importation connaît une baisse de régime avec des arrivages amoindris, en raison des contraintes liées aux quotas. Le commerce est à flux tendu pour répondre au mieux à un marché soutenu sur l’ensemble de la gamme habituelle.

Rungis

Les conditions climatiques sur le bassin parisien en début de semaine sont peu favorables aux ventes des espèces à griller telles que les poissons bleus dans leur ensemble. Les cours sont difficilement soutenus dans cette gamme de produits. Autrement, les conditions de pêche toujours difficiles tendent à réduire l’offre en criées, et conduisent les cours des marchés intérieurs à la hausse.

Dernière modification lejeudi, 21 juin 2018 06:57
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail