Menu

S 23 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

S 23 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, la baisse saisonnière des volumes se poursuit et les quantités débarquées sont irrégulières. Les principales espèces disponibles en nombre demeurent la lotte, le merlu, l’églefin et la lingue. Pour la lotte taille 3, les cours sont restés bas toute la semaine. En revanche, pour les grosses tailles, les prix se sont maintenus aux alentours des 5€/kg jusqu’à jeudi avant de reculer jusqu’aux prix planchers à l’approche du week-end, en raison d’apports plus conséquents. Avec les quantités annoncées pour lundi, la situation ne devrait pas s’améliorer. Pour les espèces à filet et la raie, les cours ont été corrects dans l’ensemble, avant de se replier vendredi. Pour la sardine, les apports sont irréguliers. La demande se développe et est plus active à l’approche du congé de fin de semaine. Il est à noter également que la campagne de la pêche à l’anchois a démarré cette semaine, avec de bons volumes. Le marché est difficile sur la petite taille car les espagnols en ayant déjà pêché beaucoup, sont peu demandeur. Pour les plus grosses tailles, les cours sont juste corrects. A l’import, les volumes de dos de cabillaud, de loup et de sébaste, sont insuffisants par rapport aux besoins, ce qui entraîne un raffermissement des cours. A l’inverse, l’offre en dos de lieu noir est abondante, les prix sont, de ce fait, en repli. Le commerce a été assez calme cette semaine, avec une demande peu présente sur les filets et sur l’ensemble des poissons blancs. A l’inverse, à l’approche du week-end, les besoins en poissons bleus, espèces à griller et poissons plats, se sont développés. En langoustine, les débarques restent importantes mais avec des fluctuations de volumes d’un jour sur l’autre et avec des rendements inférieurs aux deux années précédentes. Les cours se sont situés dans la fourchette basse, jusqu’à jeudi, avant de remonter ensuite aux environs des 10€/kg. Pour les crustacés, on observe peu d’évolution par rapport aux semaines précédentes, avec toujours des difficultés de commercialisation pour les araignées, et des cours très élevés en tourteau, même s’ils commencent à fléchir légèrement.

Boulogne

Une semaine qui ne diffère pas trop de la précédente en termes de tonnages, et qui se caractérise par la baisse saisonnière des apports malgré une diversité correcte. Les arrivages s’améliorent toutefois en fin de semaine, mais restent inégales selon les espèces, et concernent plus particulièrement celles à griller. Concernant la pêche côtière, les prix pratiqués sont donc fermes sur l’ensemble de la gamme habituelle. La sardine par contre fait l’objet d’apports journaliers plus importants, mais l’essentiel de cette pêche reste le fait du bassin méditerranéen et de la côte atlantique. Le poisson le plus représentatif demeure le maquereau pêché plus au Nord, avec une seule débarque très significative à la veille du week-end. Les volumes travaillés sont cependant en retrait par rapport à la semaine précédente raffermissant le prix qui atteint une moyenne de 1,30 € à 1,40 €/kg. Les bonnes conditions météos facilitent les ventes des espèces à griller. L’essentiel des arrivages en maquereau sur le port de Boulogne/Mer est toutefois réorienté à l’exportation. Le merlan du nord vient compléter le panel dans des quantités moindres. Malgré l’amélioration des apports les jeudis et vendredi, son cours reste stable en l’absence de rotations suffisantes. L’activité à l’importation se place dans un contexte de marché plus frileux avec peu d’arrivages et peu de divers. Certaines espèces manquent, notamment le sébaste en provenance d’Islande, en raison des quotas. On signale le retour de l’encornet dans de grosse taille sur les côtes écossaises, ce qui semble présager d’un début de saison assez précoce. Les quantités disponibles suffisent toutefois à satisfaire les besoins du marché, ce qui permet au prix d’être bien orienté. L’espèce la plus représentative demeure la lingue bleue avec un cours plus tendu à hauteur de 1€/kg.

Rungis

Les conditions de pêche sur la côte bretonne limitent les apports sur les marchés intérieurs. Les cours en début de semaine sont assez élevés dans l’ensemble des espèces mises en marché à cette saison. Malgré des conditions météorologiques chaotiques, les ventes sont fluides et les échanges volumineux, notamment vers la restauration hors foyer. Une légère dévaluation des produits en fin de semaine, conséquence de quelques resserres accumulées, permet la commercialisation de la quasi-totalité du disponible.

Dernière modification lemercredi, 13 juin 2018 07:51
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail