Menu

S 20 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

S 20 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Les apports pour cette semaine poursuivent leur baisse saisonnière, tout en restant corrects pour la saison. Les volumes débarqués ont été, dans l’ensemble, bien répartis sur la période mais les espèces manquent de diversité. Les principales espèces présentes en nombre sont la lotte, le lieu noir, le merlu et la lingue. Pour la lotte, faute d’une demande peu présente, les prix, sur quasiment toutes les tailles, ont flirté avec les prix planchers. En milieu de semaine, certains lots ont même connu des problèmes de commercialisation. A l’inverse, pour le merlan, le lieu jaune et l’églefin, en raison d’une offre faible, les cours sont bien orientés. Pour les raies et les requins, les volumes débarqués sont en baisse, mais les prix se maintiennent à des niveaux très bas. A l’import, la saison du cabillaud se termine en Norvège et seule l’origine Islande est dorénavant présente, avec des tarifs soutenus. Dans cette semaine pleine, située entre deux week-ends prolongés, la demande, moyenne en début de semaine, est devenue très active à l’approche du congé de fin de semaine. Pour la langoustine, les volumes débarqués progressent, tout comme la demande. Les cours sont restés assez stables tout au long de la semaine et se sont situés entre 9 et 10€/kg en moyenne pour la petite taille. En tourteau, même si l’offre se développe légèrement, elle reste toujours largement insuffisante pour répondre aux besoins. En conséquence, les cours varient peu et se maintiennent toujours à de très hauts niveaux. Pour les homards, le disponible est plus conséquent ce qui entraîne un nouveau recul des prix.

Boulogne

Les bonnes conditions météos ont facilité le départ des bateaux plus au nord pour un retour essentiellement concentré en fin de semaine. Le maquereau est la principale espèce ciblée cette semaine, avec des tonnages exceptionnels et un prix moyen situé aux alentours de 1€/kg à la veille du week-end contre 1,80 €/kg en début de semaine. La bonne orientation du commerce sur cette espèce, dynamisée par une demande soutenue, a évité le repli du prix à un niveau plancher. La pêche peut donc être qualifiée de quasi mono-espèce, complétée par du merlan, du barbet et du griset issus de la pêche côtière. Le divers est peu représentatif et les volumes en diminution. Les cours gagnent en fermeté avec du merlan à 3 €/kg ou encore du barbet échangé aux alentours de 13 €/kg en moyenne. L’absence de poissons plats est toujours à déplorer. La sardine fait son apparition, mais avec une seule débarque en milieu de semaine. Elle s’est échangé sur une moyenne de 1,40 €/kg et a trouvé son intérêt auprès de la transformation. La pêche hauturière a assuré comme les semaines précédentes des approvisionnements importants de lieu noir, avec 2 rotations et un prix qui reste établit à 1 €/kg. Les importations se résument aux espèces habituelles avec du loup et du sébaste. Les arrivages de lingue bleue sont davantage en retrait avec une demande qui s’essouffle quelque peu sur cet article. Le disponible s’est toutefois écoulé correctement, dans un contexte de marché peu nerveux malgré une semaine pleine. La multiplication des ouvertures des enseignes les jours fériés semble impacter les intentions d’achats, et l’approche du weekend de la Pentecôte rend le contexte incertain. Les achats sont orientés prudemment, à l’exception de ceux destinés à la restauration de villégiature facilités par les week-ends prolongés.

Rungis

La semaine est restée assez calme pour les flux de produits de la mer autour de la capitale, que ce soit vers la restauration hors foyer ou vers le détail traditionnel. En effet, les nombreux départs en congés prévus pour le week-end de la Pentecôte éveillent la prudence des opérateurs de la filière. Les ventes, plus animées sur le pourtour métropolitain, s’accompagne d’un assèchement temporaire des apports et permet une bonne valorisation des produits mis en marché. L’embellie climatique favorise de façon significative toutes les espèces à griller.

Dernière modification lemercredi, 23 mai 2018 06:39
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail