Menu

S 14 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

S 14 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Pour cette semaine de Pâques écourtée d’un jour, le commerce est resté calme avec de modestes apports. En Bretagne Nord, les tonnages de lieu jaune et de seiches ont fortement baissé, cependant ils ont été compensés par des débarques de St Pierre et d’émissole en grand nombre. Dans le Sud Bretagne au hit-parade des prix c’est le lieu jaune de ligne qui caracole en tête avec des cours entre 10 et 12€ le kilo, prix rarement observé. La cardine, faute d’acheteurs potentiels, est restée invendue le jeudi. Les apports forts abondants de julienne ont eu pour conséquence de laminer les prix de ce poisson tandis que celui de la lotte baissait en fin de semaine. Côté import, après ce long week-end, le besoin de réassort s’est fait sentir en dos de cabillaud. L’offre abondante en loup dont c’est la pleine saison a permis des mises en avant importantes, il en est de même pour le lieu noir. La campagne de la langoustine tarde à commencer du fait d’une météo capricieuse ce qui entraîne des prix sous criée anormalement élevés pour la saison. Dans la baie de St Brieuc la période de pêche de la coquille Saint Jacques se termine avec des jours de rattrapage, les cours ont gagné quelques centimes par rapport à la semaine dernière et se positionnent autour des 2,15€/kg. En crustacé, les semaines se suivent et se ressemblent. Le manque récurent de marchandise pénalise le commerce, les stocks sont au plus bas, voire inexistants.

Boulogne

L’actualité cette semaine est caractérisée par la transition avec le week-end pascal, et des conditions météos peu favorables en début de semaine qui ont pu retarder le départ des bateaux. Les apports en pêche artisanale sont anecdotiques, que ce soit en termes de volume ou en divers sur l’essentiel de la gamme habituelle, avec parfois des tailles insuffisantes pour être filetées. Il en ressort des prix fermes sur toutes les espèces débarquées, et ce d’autant plus en fin de semaine avec une demande un peu plus nerveuse. L’offre disponible est donc très nettement insuffisante pour y répondre. Seule la pêche hauturière a permis des arrivages importants de lieu noir principalement. Les autres espèces, tel le merlu, la julienne ou encore le flétan sont beaucoup moins représentatives. Hormis le lieu noir, les apports toutes espèces confondues ont nettement diminués dans un contexte de marché très ferme. Un petit bémol avec la sole qui connaît, au vu de ce contexte, des débarques non négligeables, mais principalement sur les gisements de Dunkerque, avec des cours stabilisés entre 9 et 13 €/kg dans les plus belles tailles. La concentration des arrivages s’est principalement faite samedi avec le retour de la plupart des bateaux. L’offre s’est donc sensiblement améliorée sur certaines espèces tels le maquereau, le merlan, la roussette, et la coquille mais sans atteindre de gros volume, et sans réel impact sur des prix restés fermes. L’activité à l’importation se concentre aussi sur peu de détails et la palette variétale demeure étroite avec du loup qui connaît une rupture d’approvisionnement en fin de semaine, et de l’aiglefin dont les rendements sont trop faibles car trop maigre pour être valorisés. Les espèces en provenance du Danemark suscitent moins d’intérêt en raison de prix rendu trop élevés.

Rungis

Les échanges cette semaine sont restés assez lents. Les cours sont élevés, conséquence d’un week-end Pascal très animé notamment sur le pourtour métropolitain qui aura asséché l’offre sur les marchés intérieurs. Ces niveaux de prix ont tendance à heurter la clientèle en début de semaine. Malgré un recul sensible des prix en milieu de semaine, les ventes ne reprennent que partiellement.

Dernière modification lemardi, 10 avril 2018 09:22
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail