Logo
Imprimer cette page

S 01 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

S 01 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Pour cette première semaine de l’année, le commerce a été compliqué, en raison d’apports limités dans les espèces de la pêche hauturière, voire quasiment absente pour celles de la pêche côtière. Cette situation est habituelle la première quinzaine de janvier, mais elle est accentuée cette année par la succession des tempêtes. Les faibles disponibilités ont été négociées sur des bases de cours très soutenus dans toutes les espèces. De plus, à l’import, la situation est identique, l’offre en poisson est restreinte, ce qui maintient les prix à des niveaux élevés. En coquille Saint Jacques, seuls les gisements annexes étaient ouverts à la pêche cette semaine. De plus, en raison des conditions météorologiques, les volumes débarqués ont donc été quasiment inexistants. En crustacés, après la très forte activité pendant les fêtes de fin d’année, les échanges commerciaux ont été très faibles. Les cours se tassent légèrement en tourteau comme en homard.

Boulogne

Cette seconde semaine de 4 jours, où plusieurs bateaux de pêche étaient restés à quai, a aussi été perturbée par la tempête Eléanor de jeudi. De ce fait, avec une pêche côtière inexistante, les tonnages débarqués sont faibles et la diversité très étroite. Les arrivages sont essentiellement représentés par l’encornet, le merlan, le hareng et la coquille. L’activité commerciale est par conséquent atone avec seulement 2 criées sur Boulogne et aucune sur Dunkerque. À l’importation, le commerce n’a repris qu’à partir de jeudi. Les bateaux écossais, anglais, norvégiens et islandais étant restés à quai pour les fêtes puis du fait de la tempête. Toutes les espèces sont sans excès en dehors du lieu noir dont les volumes sont justes suffisants pour satisfaire la demande sur cette espèce.

Rungis

L’activité sous la halle retombe soudainement cette semaine. Les congés scolaires freinent l’écoulement vers la restauration hors foyer sur la capitale et les consommateurs semblent rassasiés des produits de la mer par ces deux fêtes successives. Les cours redescendent pour les produits festifs, les coquillages et les crustacés notamment. Les cours des autres produits sont stables.

Dernière modification lejeudi, 11 janvier 2018 13:50

Dernier de L'Union Nationale de la Poissonnerie Française

Copyright © 2014 Union Nationale de la Poissonnerie Française. Tous droits réservés.