Menu

S 42 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

S 42 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Les apports hebdomadaires ont été supérieurs à ceux des semaines précédentes mais ils demeurent toutefois mesurés. En effet, sur les criées du sud de la Bretagne, du fait de la rotation des bateaux, les apports ont été plus conséquents lundi et mercredi, tout comme sur les criées de Roscoff, d’Erquy et de Saint Quay-Portrieux, en début de semaine. Pour les espèces à filet comme le lieu noir, l’églefin et la lingue, la hausse modérée des volumes a provoqué un léger recul des cours. Les prix de la lotte se sont également repliés mais ils restent toutefois proches des 5,50€/kg. Pour la majorité des autres espèces, les tarifs ont tendance à se tasser. La demande, déjà peu soutenue au lendemain du week-end, est devenue atone ensuite, et elle s’est concentrée sur les produits mis en avant qui n’ont pas généré les volumes espérés. A l’import, les volumes sont toujours mesurés mais suffisants pour fournir une demande également peu dynamique. Au vu des éléments précédents, l’activité commerciale pour les mareyeurs reste donc compliquée et l’ambiance est assez morose. Pour la coquille Saint Jacques, les volumes pêchés se maintiennent à un bon niveau et les cours se sont raffermis cette semaine, en raison d’une demande plus soutenue et de mises en avant dans certaines enseignes. En crustacé, le marché est assez fluide en tourteau du fait d’opérations de promotion et des cuissons en prévision des fêtes de fin d’année. En homard, le manque de marchandise se fait sentir, ce qui entraîne une hausse des cours de 2 à 3€/kg.

Boulogne

Cette semaine est caractérisée par des arrivages en retrait malgré la régularité des approvisionnements. Les volumes débarqués en coquille Saint-Jacques sont par contre très satisfaisants et s’échangent aux alentours de 2,70 € / kg en moyenne, avec une demande plus active en fin de semaine. Concernant les autres espèces, la situation est plus complexe avec des apports plus limités, notamment sur les espèces à filet. Avec des débarques toujours insuffisantes en merlans pour répondre favorablement à une demande régulière, les prix restent élevés. L’amélioration des quantités de maquereaux pêchés cette semaine permet au cours de se stabiliser, et d’être assez attractif face une demande constante. Certains bateaux côtiers se recentrent vers des espèces plus porteurs sur les marchés à l’export, avec de la seiche et davantage d’encornets. De même, des arrivages très importants de rougets-barbets sont observés, notamment en milieu et fin de semaine. Son cours s’est donc tassé pour passer de 5 €/kg à 3,50 €/kg en moyenne. Le commerce se situe dans la moyenne, avec un marché plus ferme sur certaines espèces manquantes (merlan, sole, chinchard...). La présence des senneurs hollandais permet cependant d’élargir la diversité. À l’importation, l’activité est juste correcte, mais elle pâtit du manque de diversité et les volumes disponibles peinent parfois à satisfaire la demande. Les espèces phares sont représentées principalement par le lieu noir, le sébaste et le flétan. Le commerce est plutôt correct mais se situe dans un contexte de marché moins extensible à la veille des vacances scolaires.

Rungis

La semaine est en demi-teinte. Après un bon début de semaine où la restauration collective absorbe une large part du disponible, les ventes retombent sensiblement jusqu’au marché de vendredi. La proximité des congés scolaires éveille la prudence des acheteurs détaillants quant à la fréquentation des marchés parisiens et leurs potentiels de ventes.

Dernière modification lemardi, 24 octobre 2017 09:15
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43