Menu

S 36 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

S 36 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Comme les semaines précédentes, les apports sont restés limités et ont été irréguliers. Ils se sont concentrés sur le début de semaine, notamment sur les criées du nord de la Bretagne. Pour les espèces à filet comme la lingue, le merlan et l’églefin, les cours sont restés soutenus. Seul le lieu noir, toujours présent en quantité plus importante, voit son prix se maintenir à un niveau peu élevé. En lotte, les cours peu élevés en début de semaine se sont bien raffermis à l’approche du week-end. Pour le bar et les poissons plats, les tarifs restent onéreux. En raison des prix élevés, dus au manque de marchandise, et d’une demande classique pour une semaine de rentrée, c'est-à-dire assez moyenne et centrée sur les prix bas, l’activité commerciale a été assez compliquée pour les mareyeurs. En tourteau, l’écoulement de la marchandise est régulier. Les mises en avant ont permis de dynamiser la demande et les cours sont restés stables. En homard, le commerce est fluide et les prix fermes.

Boulogne

Cette semaine, les approvisionnements issus de la pêche locale ne diffèrent pas de la semaine précédente et demeurent très mesurés, avec peu de merlans et de poissons plats. Le lieu noir (pêche hauturière), avec la sardine et le lieu noir représentent les espèces dominantes. De même, la seiche et l’encornet très porteurs à l’export sont ciblés, d’autant plus que les prix à la vente sont attractifs. La pêche en mer baltique n’ayant pas encore réellement reprise, les fileteurs parviennent toutefois à assurer aisément leur activité avec, en complément des débarques boulonnaises limitées, des arrivages importants de sébaste et de flétan en provenance d’Islande. Des apports satisfaisants en rouget-barbet sont également observés mais son prix grossit proportionnellement à sa taille rendant son commerce plus complexe. Dans un contexte de rentrée scolaire, le commerce est plutôt qualifié de prudent mais reste bien orienté avec des prix corrects et un disponible suffisant pour être facilement absorbé par la demande. A l’importation, les arrivages sont par contre très réguliers avec une bonne représentativité des espèces et des prix à la baisse sur l’ensemble des articles, à l’image du sébaste que l’on trouve à moins de 6 €/kg ou encore du lieu noir échangé à 1,30 €. Le merlan, le loup et le flétan voient par contre leur cours beaucoup plus fermes faute de volume suffisant. L’offre est donc large permettant ainsi de répondre à une demande régulière de la part des GMS et de la restauration collective sans souci d’approvisionnement, avec des cours bas facilitant cette dynamique.

Rungis

La rentrée scolaire et le retour à un niveau d’activité standard de la restauration collective s’accompagnent d’une reprise générale de l’activité sous la halle des produits de la mer. La fréquentation est sensiblement plus importante et les volumes commercialisés sont en augmentation. Les conditions climatiques dégradées cette semaine profitent directement aux espèces de consommation courante, aux filets frais et aux espèces issues de l’aquaculture. Les coquillages profitent également d’un bon niveau de consommation. Les cours sont fermes notamment en bulot. Seules, les espèces à griller telles que les rougets barbets ou les bars sauvages de gros calibres sont pénalisées par les pluies de la semaine. Les grillades de poissons bleus (sardines et maquereaux) au barbecue sont également très en recul.

Dernière modification lejeudi, 14 septembre 2017 09:55
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43