Menu

S 34 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

S 34 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine a été une semaine de transition. Les volumes débarqués ont progressé, ils sont toutefois encore limités. De ce fait, pour les différentes espèces de la pêche hauturière, les prix sont restés soutenus. Pour les poissons nobles de la pêche côtière, les cours demeurent élevés à très élevés, même si la demande commence à s’essouffler sur les zones côtières. A l’inverse, elle s’est réveillée légèrement en fin de semaine dans les zones urbaines. Cependant, le manque d’approvisionnement et les prix élevés compliquent l’activité commerciale. A l’import, après une période de manque de marchandises, les volumes disponibles sont en hausse notamment en provenance d’Ecosse. En tourteau, le commerce, dynamisé par de nombreuses opérations de mise en avant, est fluide et régulier. En homard, les apports sont insuffisants pour répondre à la demande, les prix sont fermes.

Boulogne

L’activité demeure toujours faible avec peu de rotations des quelques bateaux en activité. Les apports sont limités et irréguliers au cours de cette semaine, avec des prix fermes sur l’ensemble des espèces débarquées, à l’exception du maquereau et de la sardine dont les cours conservent une relative stabilité. Le retour des vacanciers en cette 3ème semaine d’août ne suffit pas à inverser une tendance commerciale morose. Le cours en halle à marée du merlan demeure très élevés en raison de débarques toujours insuffisantes : il s’échange entre 2,50 € à 3 €/kg pour le petit merlan jusqu’à 4 € pour des tailles supérieures. La seiche, le rouget-barbet et l’encornet font exception et les arrivages sont plus que corrects, intéressant le commerce à l’export. Malgré la faiblesse des volumes débarqués, l’offre disponible est difficilement absorbée par la demande, et les prix élevés n’encouragent pas un commerce fortement ralenti. Les mareyeurs parviennent toutefois à maintenir une activité et s’orientent vers d’autres espèces telles le flétan en provenance d’Islande. Le commerce de villégiature sur le littoral est plus dynamique mais l’absence de produits côtiers se fait ressentir. L’activité à l’importation est caractérisée par la régularité des approvisionnements provenant essentiellement d’Ecosse et d’Islande. La palette variétale est beaucoup plus large que la semaine précédente avec du sébaste, du loup, de la julienne, de la lingue, du cabillaud. Sans être euphorique, le climat du marché est plus stable et la disponibilité suffit à satisfaire la demande. Les GMS se positionnent davantage pour préparer la semaine prochaine avec des mises en avant, et ainsi anticiper la rentrée avec des actions promotionnelles.

Rungis

La semaine est encore assez atone sous la halle des produits de la mer. La fréquentation reste très réduite et se traduit par des volumes commercialisés limités. Les apports sont toujours amputés par cette part de la production échangée sur les lieux de pêche pour les consommateurs estivants. Cette faiblesse des mises en marché sur les marchés intérieurs permet un relatif soutien des cours malgré le peu de transactions.

Dernière modification lejeudi, 31 août 2017 16:54
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43