Menu

S 30 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

S 30 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les apports ont été assez réguliers, mais d’un faible niveau en cohérence avec la saison. La demande n’est pas des plus dynamiques, mais elle est toutefois supérieure à l’offre. De ce fait, les prix de la majorité des espèces ont progressé tout au long de la semaine pour atteindre un bon, voire un très bon niveau. Pour la lotte, les volumes sont toujours importants pour la saison, même si ils sont en régression. Pour la taille 3, les cours étaient encore bas en début de semaine, mais ils se sont bien raffermis ensuite. A noter que pour le thon germon, les premières débarques ont eu lieu à des prix corrects. A l’import, le disponible est également restreint et inférieur à la demande ce qui permet aux prix des différentes espèces de se raffermir. Cette situation devrait se poursuivre la semaine prochaine. Pour la langoustine, les volumes débarqués poursuivent leur baisse saisonnière alors que la demande des estivants est bien présente. En conséquence, les cours sont d’un bon niveau, avec toujours un raffermissement à l’approche du week-end. En crustacé, le commerce est assez régulier mais avec peu de valorisation du produit. A noter que la demande à l’export en tourteau vers l’Italie est bonne.

Boulogne

La situation reste inchangée et très peu de bateaux sont encore en activité. Les apports demeurent donc faibles et peu diversifiés. Le chassé-croisé du week-end impacte un commerce atone. Les débarques se concentrent essentiellement mardi et mercredi avec du merlan et du barbet-friture mais dans des volumes insuffisants. De ce fait, leurs cours se raffermissent en fin de semaine. L’offre en maquereau bien que modeste suffit toutefois à satisfaire une demande présente avec un prix stable. La pêche hauturière ne permet pas de changer la donne en termes de volume avec un seul bateau enregistré sur Boulogne/Mer cette semaine : lieu noir, cabillaud, julienne complètent la palette variétale mais toujours dans des quantités limitées. Les mareyeurs boulonnais s’orientent plus vers les produits d’importation pour assurer leur activité. Seules les GMS situées en bordures côtières apportent une nuance à cette situation grâce à un commerce de villégiature un peu plus actif sans être euphorique. L’activité à l’importation est par contre correcte pour cette période avec des arrivages satisfaisants en début de semaine, permettant ainsi de disposer de matière première pour les fileteurs. On retrouve le sébaste, le lieu noir, le merlu, la julienne vendus dans une fourchette de prix situés dans la moyenne. Seul le loup d’Islande qui connaît une période creuse, se négocie plus fermement. Quelques opérations commerciales permettent en outre de dynamiser les ventes notamment sur le cabillaud et le lieu noir.

Rungis

L’activité sous la halle des produits de la mer est désormais à l’étiage. Les volumes commercialisés se cantonnent à un réapprovisionnement de base, sans prise de risque face à des marchés de détails dont l’animation reste très aléatoire au vu des conditions climatiques mitigées. De ce fait, les espèces à griller s’échangent plus difficilement cette semaine. La restauration hors foyer permet un flux régulier en produits de consommation courante malgré un recul significatif des besoins. Les cours se maintiennent dans l’ensemble.

Dernière modification levendredi, 04 août 2017 08:59
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43