Menu

S 29 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

S 29 2017 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Après le week-end du 14 juillet, qui avait vu une demande dynamique, cette nouvelle semaine a été beaucoup plus calme, que ce soit à l’intérieur des terres comme sur les côtes. Sur les ports bretons, les apports ont été peu importants, irréguliers et ont manqué de diversité. Pour les espèces qui étaient présentes avec un peu de volume, comme la lotte ou le lieu noir notamment, les cours se sont tassés en début de semaine avant de se raffermir à la veille du week-end. Pour les poissons plats, comme le turbot ou le Saint Pierre, les prix qui étaient élevés la semaine dernière ont fortement baissé, faute de demande. Seuls les produits présents en faible quantité ont vu leur cours rester fermes, comme le merlan ou le maquereau. A l’import, les besoins en dos de cabillaud étaient peu importants en début de semaine, avant de se renforcer à l’approche du week-end. De ce fait, les cours ont peu fluctué. En sébaste, en revanche, l’offre est toujours importante, avec une forte concurrence et des prix en baisse. En langoustine, les apports ont été plus irréguliers. Les volumes débarqués ont fléchi, ce qui a permis aux cours d’être plus fermes. En tourteau, le disponible n’était pas trop important et malgré des mises en avant, les volumes commercialisés ont été peu élevés. En conséquence, les prix sont en recul. En homard, les cours sont stables, avec une offre limitée tout comme la demande.

Boulogne

L’arrêt progressif des bateaux pour entretien technique perturbe fortement les arrivages issus des pêches locales et hauturières. Seul le début de la semaine a connu une activité commerciale relativement correcte avec un peu de réassorts en GMS et des prix assez soutenus. L’absence de débarque ne permet toutefois pas de répondre correctement à certains besoins certes limités en bordure côtière. Face à une demande morose, l’écoulement des articles demeurent difficiles, avec pour conséquence des prix orientés à la baisse sur l’ensemble des espèces dès mercredi (aiglefin, lieu noir, merlan, merlu…). Le tassement des cours ne suffit pas à dynamiser un commerce en berne dans l’ensemble des enseignes au cours de cette semaine. Devant la faiblesse des apports, les fileteurs parviennent à trouver la matière première à l’import avec des poissons d’origine islandaise (sébaste, flétan). Hors grande distribution, le commerce n’est guère plus réjouissant et le commerce de villégiature peine à trouver son rythme. À l’importation, la physionomie ne diffère pas trop. Les arrivages sont corrects sans plus, avec une assez bonne représentativité des espèces importées, mais la prudence est de mise face à un marché en demi-teinte. Les approvisionnements restent donc mesurés. La demande en certains poissons (julienne, cabillaud, loup, aiglefin…) a permis la fermeté des prix en début de semaine pour ensuite s’effondrer dès le milieu de semaine dans un marché ralenti. Seul le lieu noir repose sur une demande stable.

Rungis

Cette semaine est plus mitigée et s’accompagne de nombreux départs en congés. De ce fait, les ventes marquent un nouveau ralentissement. Malgré une offre en adéquation avec la demande plus modeste, les cours se maintiennent difficilement.

Dernière modification levendredi, 28 juillet 2017 06:31
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43