Menu

S 24 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les apports ont été à nouveau irréguliers. Ils ont été importants en début de semaine, puis faible ensuite, avant de se renforcer à l’approche du week-end. Au niveau des volumes débarqués, la lotte est toujours nettement prédominante. Compte tenu de l’importance de ces volumes, le marché a été saturé, le commerce très difficile et tous les lots n’ont pas trouvé preneur, notamment lundi. En conséquence, les prix sont restés très bas, au niveau des prix planchers toute la semaine pour les tailles 1 et 2. Pour les plus petites tailles, le début de semaine a été identique, avant un raffermissement des cours à l’approche du congé de fin de semaine. Pour les espèces à filet, les cours sont restés corrects dans l’ensemble. Comme d’habitude à cette période, les tarifs de la raie ont fortement baissé pour se retrouver proches des prix planchers, malgré des quantités débarquées en baisse. Sur les criées du nord de la Bretagne, on peut noter une débarque importante et de bonne qualité de poissons plats : Saint Pierre, turbot, barbue. A l’import, l’offre en dos de cabillaud, dos de lieu noir, loup de mer, sébaste… est insuffisante pour répondre à la demande, ce qui provoque un raffermissement des cours. Pour les langoustines, les volumes pêchés sont en repli ce qui entraîne des cours plus soutenus sur toute la semaine. A la veille du week-end, les cours de la petite taille étaient supérieurs à 10€/kg. En crustacé, les pêches de tourteaux ont nettement progressé, ce qui permet enfin aux cours de se replier. En araignée, les difficultés de commercialisation ont été moins importantes que les semaines précédentes.

En savoir plus...

S 23 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, la baisse saisonnière des volumes se poursuit et les quantités débarquées sont irrégulières. Les principales espèces disponibles en nombre demeurent la lotte, le merlu, l’églefin et la lingue. Pour la lotte taille 3, les cours sont restés bas toute la semaine. En revanche, pour les grosses tailles, les prix se sont maintenus aux alentours des 5€/kg jusqu’à jeudi avant de reculer jusqu’aux prix planchers à l’approche du week-end, en raison d’apports plus conséquents. Avec les quantités annoncées pour lundi, la situation ne devrait pas s’améliorer. Pour les espèces à filet et la raie, les cours ont été corrects dans l’ensemble, avant de se replier vendredi. Pour la sardine, les apports sont irréguliers. La demande se développe et est plus active à l’approche du congé de fin de semaine. Il est à noter également que la campagne de la pêche à l’anchois a démarré cette semaine, avec de bons volumes. Le marché est difficile sur la petite taille car les espagnols en ayant déjà pêché beaucoup, sont peu demandeur. Pour les plus grosses tailles, les cours sont juste corrects. A l’import, les volumes de dos de cabillaud, de loup et de sébaste, sont insuffisants par rapport aux besoins, ce qui entraîne un raffermissement des cours. A l’inverse, l’offre en dos de lieu noir est abondante, les prix sont, de ce fait, en repli. Le commerce a été assez calme cette semaine, avec une demande peu présente sur les filets et sur l’ensemble des poissons blancs. A l’inverse, à l’approche du week-end, les besoins en poissons bleus, espèces à griller et poissons plats, se sont développés. En langoustine, les débarques restent importantes mais avec des fluctuations de volumes d’un jour sur l’autre et avec des rendements inférieurs aux deux années précédentes. Les cours se sont situés dans la fourchette basse, jusqu’à jeudi, avant de remonter ensuite aux environs des 10€/kg. Pour les crustacés, on observe peu d’évolution par rapport aux semaines précédentes, avec toujours des difficultés de commercialisation pour les araignées, et des cours très élevés en tourteau, même s’ils commencent à fléchir légèrement.

En savoir plus...

S 22 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les volumes débarqués ont amorcé leur baisse saisonnière et ils ont été irréguliers. Les principales quantités concernent en premier lieu la lotte, le merlu, le lieu noir, l’églefin et la lingue. Pour les espèces à filet, les cours sont fermes et se situent à un niveau correct. A l’inverse, les prix de la lotte ont chuté aussi vite qu’ils avaient augmenté en fin de semaine précédente. Ils ont retrouvé des niveaux proches des prix planchers des OP. A l’import, l’offre en dos de cabillaud a été insuffisante pour répondre aux besoins qui ont été dynamisés par des opérations de promotion, dans deux enseignes de la grande distribution. De ce fait, la demande s’est focalisée principalement sur ce produit, ce qui a laissé peu de places aux autres mises en avant, ainsi qu’aux espèces de fond de rayon. Pour la langoustine, la saison bat son plein, avec des volumes débarqués d’un bon niveau. En raison d’une demande moins présente en début de semaine, les cours ont flirté avec les prix planchers jusqu'à jeudi matin, avant de repartir à la hausse à l’approche du week-end. En crustacé, le commerce des araignées reste compliqué, en raison de besoins inférieurs aux débarques, ce qui entraîne des prix bas et des difficultés de commercialisation. A l’inverse, faute de volumes suffisants, les cours du tourteau se maintiennent toujours à des niveaux élevés. En homard, les cours poursuivent leur baisse saisonnière.

En savoir plus...

S 21 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

La semaine a été moyenne en termes d’apports. Ils n’ont pas été abondants mardi contrairement à ce qu’on aurait pu attendre au lendemain d’un week-end de trois jours. Les volumes débarqués ont été réguliers et assez diversifiés. Les cours ont été dans la continuité de la semaine précédente mardi et mercredi avant de connaître un net rebond à l’approche du week-end. Pour exemple, le cours de la lotte qui était au plus bas mardi, a fortement augmenté ensuite pour dépasser vendredi les 6€/kg pour la taille 3 et les 5,50€/kg pour la taille 1 et 2. Pour les espèces à filet et également pour la raie, les tarifs ont également progressé sensiblement, avec des cours supérieurs à 3€/kg pour la lingue bleue et à 2,50€/kg pour les raies. A l’import, l’origine Norvège est désormais peu présente en dos de cabillaud où elle est suppléée par l’origine Islande avec des tarifs soutenus. A noter également que la saison du loup se termine, ce qui entraîne une baisse des volumes disponibles et un raffermissement des cours. Le commerce a été correct cette semaine, avec des besoins de réassorts importants au lendemain du weekend de trois jours et avec une demande assez tonique ensuite, à l’approche du congé de fin de semaine, en raison notamment d’un effet fête des mères. Pour la langoustine, les apports sont plus conséquents, ce qui provoque une baisse des prix. De ce fait, la demande est plus dynamique sur ce produit mais elle se détourne en partie des araignées, ce qui entraîne une baisse des tarifs et des problèmes de commercialisation. En homard, l’offre se développe, les cours sont en baisse et retrouvent un niveau normal pour la saison. A l’inverse, les volumes de tourteaux disponibles restent limités, les prix se maintiennent à des niveaux très élevés.

En savoir plus...

S 20 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Les apports pour cette semaine poursuivent leur baisse saisonnière, tout en restant corrects pour la saison. Les volumes débarqués ont été, dans l’ensemble, bien répartis sur la période mais les espèces manquent de diversité. Les principales espèces présentes en nombre sont la lotte, le lieu noir, le merlu et la lingue. Pour la lotte, faute d’une demande peu présente, les prix, sur quasiment toutes les tailles, ont flirté avec les prix planchers. En milieu de semaine, certains lots ont même connu des problèmes de commercialisation. A l’inverse, pour le merlan, le lieu jaune et l’églefin, en raison d’une offre faible, les cours sont bien orientés. Pour les raies et les requins, les volumes débarqués sont en baisse, mais les prix se maintiennent à des niveaux très bas. A l’import, la saison du cabillaud se termine en Norvège et seule l’origine Islande est dorénavant présente, avec des tarifs soutenus. Dans cette semaine pleine, située entre deux week-ends prolongés, la demande, moyenne en début de semaine, est devenue très active à l’approche du congé de fin de semaine. Pour la langoustine, les volumes débarqués progressent, tout comme la demande. Les cours sont restés assez stables tout au long de la semaine et se sont situés entre 9 et 10€/kg en moyenne pour la petite taille. En tourteau, même si l’offre se développe légèrement, elle reste toujours largement insuffisante pour répondre aux besoins. En conséquence, les cours varient peu et se maintiennent toujours à de très hauts niveaux. Pour les homards, le disponible est plus conséquent ce qui entraîne un nouveau recul des prix.

En savoir plus...

S 19 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine se caractérise par la présence de 2 jours fériés. De fait, l’activité commerciale s’en est trouvée grandement perturbée et s’est concentrée sur 3 jours avec beaucoup d’incertitude concernant l’acheminement de la pêche. Un grand nombre de criées ont fermé ces 2 jours sauf celle de Lorient ouverte le jeudi. En Bretagne nord, les bateaux ont arrêté la coquille St jacques et se mettent progressivement à la seiche dont les apports modestes ont contribué à faire monter les cours. En Bretagne sud, le dernier jour de la semaine a été synonyme de débarques très importantes de lotte avec des invendus en grande quantité, de même pour la lingue bleue et la raie. En raison de craintes d’apports aléatoires plusieurs enseignes ne se sont pas positionnées sur des mises en avant possibles, d’où le retrait effectué sur certaines espèces. Côté import, les prévisions de vente étant incertaines, les mareyeurs n’ont pas pris de risque et leurs ventes se sont cantonnées au lundi et au mercredi avec des prix fermes sauf pour le lieu noir où la concurrence des pays du nord tire les prix vers le bas. En langoustine, le peu d’apport en fin de semaine a fait grimper le cours aux alentours de 14€ le kg. En tourteau, la situation commence à évoluer avec quelques annonces de débarques plus importantes que les semaines précédentes relançant ainsi le commerce avec des cours plus attractifs. En homard les stocks commencent à peser et face à une demande atone les cours s’enfoncent.

En savoir plus...

S 17 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

La situation de cette semaine est assez mitigée. Les apports ont été relativement réguliers et les volumes débarqués se sont répartis sur de nombreuses espèces. Pour celles à filets, le lieu noir, la lingue bleue, la lingue franche et le sabre étaient présents en quantité. De ce fait, les cours sont en baisse et sont peu élevés. Pour le merlan et l’églefin, les débarques sont moins importantes, les prix restent soutenus. Pour le merlu, les cours se replient mais demeurent toutefois d’un bon niveau pour la saison. En raison de mises en avant dans plusieurs enseignes de la grande distribution et d’apports peu importants, le cours de la lotte a progressé et a été proche des 5,50€/kg en moyenne, toute la semaine. Pour la raie, la commercialisation est moins laborieuse que la semaine précédente, mais les tarifs de vente se maintiennent dans le bas de la fourchette. A l’inverse, pour l’ensemble des requins, la période délicate se poursuit avec toujours des quantités importantes compliquées à commercialiser et des prix au niveau des prix planchers. A l’import, il est à noter que les volumes de loup et de sébaste provenant d’Islande restent importants et qu’ils se négocient à prix attractifs. Avec la fin de mois, les congés scolaires dans deux zones dont Paris, et les grèves, la demande en magasin a été peu soutenue cette semaine. Elle s’est orientée principalement sur les petits prix et les promotions. Pour la langoustine, les quantités pêchées augmentent, mais elles ne sont pas à la hauteur de celles des deux années précédentes. En conséquence, les cours sont très corrects, avec toujours un différentiel important entre le début (10€/kg) et la fin de semaine (13€/kg). En crustacé, le cours du homard poursuit sa baisse, à l’inverse du tourteau qui voit ses prix se maintenir à un niveau très élevé.

En savoir plus...

S 14 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Pour cette semaine de Pâques écourtée d’un jour, le commerce est resté calme avec de modestes apports. En Bretagne Nord, les tonnages de lieu jaune et de seiches ont fortement baissé, cependant ils ont été compensés par des débarques de St Pierre et d’émissole en grand nombre. Dans le Sud Bretagne au hit-parade des prix c’est le lieu jaune de ligne qui caracole en tête avec des cours entre 10 et 12€ le kilo, prix rarement observé. La cardine, faute d’acheteurs potentiels, est restée invendue le jeudi. Les apports forts abondants de julienne ont eu pour conséquence de laminer les prix de ce poisson tandis que celui de la lotte baissait en fin de semaine. Côté import, après ce long week-end, le besoin de réassort s’est fait sentir en dos de cabillaud. L’offre abondante en loup dont c’est la pleine saison a permis des mises en avant importantes, il en est de même pour le lieu noir. La campagne de la langoustine tarde à commencer du fait d’une météo capricieuse ce qui entraîne des prix sous criée anormalement élevés pour la saison. Dans la baie de St Brieuc la période de pêche de la coquille Saint Jacques se termine avec des jours de rattrapage, les cours ont gagné quelques centimes par rapport à la semaine dernière et se positionnent autour des 2,15€/kg. En crustacé, les semaines se suivent et se ressemblent. Le manque récurent de marchandise pénalise le commerce, les stocks sont au plus bas, voire inexistants.

En savoir plus...

S 13 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Les volumes débarqués cette semaine sur les criées bretonnes sont d’un niveau correct. Les apports sont diversifiés et assez réguliers même s’ils ont été plus importants lundi. Pour les espèces à filet, les cours se sont maintenus à un niveau correct pour la saison, à l’exception du lieu noir qui, en raison des volumes importants disponibles sur les criées françaises comme à l’import, a vu son prix se replier sensiblement et passer notamment sous les 1€/kg pour les petites tailles. Pour la lotte, même s’ils se sont tassés en fin de semaine, les cours ont été soutenus et ont dépassé les 6€/kg lundi. A noter que l’effet Semaine Sainte en Espagne, ne s’est pas trop fait sentir cette année notamment, pour la cardine. Seuls les requins ont eu plus de difficultés à être commercialisés en fin de période. A l’import, le marché du dos de cabillaud est resté équilibré, ce qui a permis aux cours d’être stables. A noter également que les volumes de loup de mer sont importants et que de nombreuses opérations de mises en avant ont été mises en place. En magasin, la demande a été correcte, dans l’ensemble, et elle s’est développée à l’approche du week-end. Toutefois, pour une semaine avant Pâques, elle manque un peu de dynamisme. Pour la coquille Saint Jacques, les débarques ont été d’un bon niveau et la demande un peu plus tonique que les semaines précédentes, en raison des fêtes pascales. Les prix ont été plus fermes et ont atteint les 2,10€ en moyenne. En langoustine, les apports demeurent peu importants alors que les besoins se développent, ce qui permet aux cours de se maintenir à des niveaux élevés. En tourteau et en homard, l’offre est toujours insuffisante pour répondre à la demande et les prix se maintiennent toujours au sommet.

En savoir plus...

S 12 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine se caractérise par des apports importants et réguliers tant sur les criées de Bretagne Nord comme au Sud. Ces débarques se répartissent essentiellement sur la lotte, le lieu jaune, le merlan, la julienne et la cardine. Les prix se sont tenus toute la semaine sauf pour la lotte en début de semaine mais dont le prix payé au pécheur s’est raffermit à l’approche du week-end sous la pression de futures mises en avant. Côté import, la demande est conséquente particulièrement en lieu noir et les prix pratiqués restent dans la fourchette haute. Le dos de cabillaud, lui aussi très prisé, voit son cours grimper. En Coquille Saint Jacques, la semaine a été rythmée par les conditions de pêche qui ont été difficiles en début de semaine, puis meilleures en approchant du week-end, mais le commerce n’est pas au rendez-vous et les prix sont restés bas. La demoiselle de Loctudy voit ses apports augmenter progressivement et son prix continue de se raffermir dépassant les 13 euros en criée. En homards et tourteaux, l’offre demeure toujours aussi faible entraînant des prix très élevés. Seule l’araignée dont c’est la pleine saison, permet un commerce plus dynamique.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail