Logo
Imprimer cette page

Prévoyance et frais de santé, l’OPEF travaille avec l’APGIS aux côtés des poissonniers-écaillers

Prévoyance et frais de santé, l’OPEF travaille avec l’APGIS aux côtés des poissonniers-écaillers

L’OPEF agit quotidiennement avec les partenaires sociaux et l’APGIS pour améliorer le quotidien des Artisans Poissonniers Écaillers, que ce soit en termes de prévoyance (décès, incapacité & invalidité), frais de santé, ou encore par la création d’un fonds social. Rencontre avec l’APGIS pour présenter les évolutions en cours.  

Silvère Moreau, en visite à l’APGIS le 20 mai y décrit « L’âme d’une petite entreprise. » Il explique : « Je suis impressionné de retrouver à l’APGIS la flexibilité, l’agilité et l’aspect humain typique de nos entreprises artisanales. ».

Un partenaire historique

L’APGIS est partenaire de la branche de la poissonnerie depuis 1988. Aujourd’hui plus de 90 % des poissonneries agissent avec l’APGIS, soit près de 2500 entreprises et presque 7000 salariés. Cette longévité est le fruit d’une relation de proximité entre cet organisme, les partenaires sociaux et les entreprises. Ce dialogue est bénéfique : le régime des frais de santé et de la prévoyance évoluent constamment grâce aux remontées des artisans poissonniers qui font part de leurs besoins.

L’APGIS, qui interagit aussi auprès d’autres branches comme celle de la boucherie, est ainsi force de proposition pour l’artisanat.

Une relation de proximité

À l’APGIS, l’artisan poissonnier-écailler n’est pas en lien avec une énorme plateforme téléphonique. C’est tout l’inverse ! Les bénéficiaires dialoguent souvent avec Kattia Varela-Halls et Franck Mallet, en charge de notre branche. Kattia nous le confie « Nous ne sommes pas seulement un numéro de téléphone. Je suis au quotidien en contact avec les poissonniers depuis plus de 10 ans. Nous œuvrons pour leur proposer des offres sur-mesure. Ils travaillent beaucoup. Nous sommes là pour leur faciliter la vie et non leur rajouter du travail. »

Frais de santé améliorés

Depuis le 1er janvier 2019, les garanties de frais de santé se sont améliorées, notamment pour celles concernant les implants dentaires. Des avantages en plus mais des tarifs inchangés !

Voici une liste non exhaustive des améliorations

  • Implant dentaire (pilier implantaire et implant) : 1 000 € par implant dans la limite de 3 par an et par bénéficiaire.
  • Actes de médecine alternative non remboursés par la Sécurité sociale Ostéopathie, chiropractie, acupuncture, étiopathie, bilan nutritionnel : 50 € par séance dans la limite de 3 séances par année civile et par bénéficiaire.
  • Optique
  1. Verre complexe : 135 € par verre
  2. Verre hypercomplexe : 185 € par verre
  • Hospitalisations Chirurgicales (Établissements Publics ou Privés)
  1. Honoraires (Chirurgiens, Anesthésistes & autres) : 200 % BR (180 % BR si praticien NON OPTAM ou NON OPTAM-CO)
  2. Frais de séjour : 200 % BR

 Garantie incapacité invalidité

À la suite de ces discussions avec les partenaires sociaux, la couverture complémentaire au titre de l’arrêt de travail (incapacité/invalidité) a été créée pour le personnel non-cadre. Il s’agit d’une avancée importante puisqu’elle n’existait pas pour cette catégorie. Elle est applicable depuis le 1er juillet 2019.

L’OPEF, les partenaires sociaux et l’APGIS ont mis en place un fonds d’action sociale spécifique à la branche de la poissonnerie.

Son but ? Apporter une aide financière en cas difficulté. Il peut s’agir d’un reste à charge important de l’assuré au titre de frais engagés ou bien lors d’évènement de la vie où l’on rencontre des situations personnelles difficiles avec, par exemple, un parent dépendant qui nécessite une aide à domicile. L’aide accordée prend en compte les ressources et la situation financière de l’assuré.  

Pour pouvoir en bénéficier l’artisan doit constituer un dossier auprès de l’APGIS qui présentera par la suite la demande à la commission paritaire de la branche professionnelle de la poissonnerie.

Pour constituer ce dossier, contacter le service d’action sociale au 01 49 57 45 30.

100 % santé

L’OPEF, dans ses échanges avec les partenaires sociaux, a été précurseur en initiant la mise en place du 100 % santé voulu par le gouvernement. Pour rappel, l’objectif annoncé est d’atteindre un reste à charge nul d’ici 2023 en optique, dentaire et audioprothèses sans pour autant peser sur l’évolution des tarifs des assurances complémentaires au-delà de l’évolution tendancielle observée. Toutefois, il ne s’agit pas d’une prise en charge intégrale sur tous les coûts mais sur un panier de prestations nécessaires et de qualité. C’est ce qu’on appelle le « panier de soins 100 % Santé » qui correspond à une liste prédéfinie d’actes et soins pris en charge intégralement par l’assurance maladie et les complémentaires santé. Ce nouveau régime commencera à s’appliquer à partir du 1er janvier 2020. 

Avec l’APGIS, agissons pour la poissonnerie.

Contact APGIS

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

0

Éléments similaires (par tag)

Dernier de L'Union Nationale de la Poissonnerie Française

Copyright © 2014 Union Nationale de la Poissonnerie Française. Tous droits réservés.